AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la lueur des bougies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: A la lueur des bougies   Lun 27 Oct - 22:55

[Arrivée de Zärfell]

~ Seul dans son Atelier, Harmattan roulée en boule sur son gros coussin, le jeune homme travaillait à la fabrication du bâton d'Alchimie. Il avait réussi à regrouper la pépite, le bâton d'if et la pierre philosophale. Encore une fois, Zärfell n'avait pas vu le temps passé et n'était pas sorti une seule fois de son antre où des dizaines et des dizaines de livres s'entassaient dans tous les sens. Les trois objets indispensables étaient étalés très clairement sur la table la plus proche du chaudron et à côté, on pouvait voir ouvert le carnet de Décartus.

Mais le jeune homme avait décidé de faire une pause. Assis à une table, il lisait un gros grimoire. Celui-ci traitait de la canalisation de la magie chez les Mages et la méditation. C'était quelque chose que Zärfell maîtrisait assez mal, à cause de sa puissance conséquente qu'il n'arrivait pas à pleinement utilisée. Il devait s'entraîner sur ces points ! Dans un soupir, il quitta les écrits des yeux pour s'étirer et balayer les alentours. Il remarqua à l'entrée une lettre que le postier avait dû poser là. Il se leva et se dirigea vers celle-ci, fronçant les sourcils. Il n'était pas habitué à recevoir du courrier.

Juste au moment de saisir le rectangle de papier, il se remémora son fameux échange avec le Haut Général de l'Empire. Zärfell ne l'avait pas oublié, bien au contraire ! A nouveau, son cœur fit un petit bond, presque comme s'il n'y croyait pas. Doucement, le jeune homme se rapprocha du feu et lut les inscriptions sur l'enveloppe. Il s'assit sur une chaise pour tourner et retourner le papier. Si, apparemment, c'était bien elle... L'écriture était jolie et, après un instant d'hésitation, il se décida à ouvrir le courrier. Une étrange curiosité et impatience le gagnèrent à cet instant...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Lun 27 Oct - 23:21

L'enveloppe était délicate, dans un magnifique papier blanc que l'on pouvait facilement deviner aboutir des meilleurs papiers. L'écriture était élégante, typique de Shoan. L'encre était reconnaissables parmi tant d'autres. Un connaisseur aurait immédiatement remarqué la gestuelle tellement typique du pinceau à calligraphie de l'Empire de Shoan. Après l'avoir ouvert, il était possible de lire une lettre soigneusement pliée, recouverte de la magnifique écriture noire d'une jeune femme aux mains délicates.

Cher Zärfell,

Je ne suis pas encore disposée à vous inviter prendre un thé à l'Empire, mais j'ai réussie à trouver le temps de vous écrire cette lettre.
Le temps a passé depuis notre deuxième rencontre à Shoan. Mes hommes n'ont jamais rattrapé le mystérieux voleur de la Cité. J'ai dût leur donner moi même l'ordre de renoncer. Sûrement a-t-il rejoint la forêt. Ou bien a-t-il rejoint Awarennor ? S'il lit ces mots, je suppose que oui.
Il a beaucoup plut ces derniers temps à Shoan. Les torches avaient du mal à restées allumer dans les tours de guets. La pluie m'a cependant inspiré un poème que je vous lirais volontiers si vous le souhaitez à notre prochaine rencontre.
Il me tarde de pouvoir à nouveau admirer les cerisiers en fleurs de notre Empire. Celui de mon jardin se prépare déjà à passer l'hiver.
En vous adressant mes meilleurs vœux,

Cordialement,
Haut Général Akane de l'Empire de Shoan

La lettre se terminait par une signature élégante affublée de trois symboles typiques de l'ancienne écriture de l'Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mar 28 Oct - 1:01

~ Dans un silence presque religieux, le jeune homme lut avec attention les mots de la Générale. Il détailla l'écriture de cette douce jeune femme et le papier bien plié, le tout formant un ensemble ravissant. Apparemment, les activités impériales prenaient beaucoup de temps à la demoiselle. Il rigola doucement sur le passage du voleur inconnu, puis, le Voyageur se laissa bercer par la description de Shoan. Elle semblait très poétique comme jeune femme, peut-être plus que lui. Il en vint à se demander si la guerrière avait déjà pris le temps de se promener, seule, paisible, dans une allée remplie de cerisiers en fleur. Zärfell aussi les aimait beaucoup ces arbres, ils avaient toujours une jolie mélodie ou un doux poème à murmurer. Prendre le temps paraissait quelque chose de mal connu d'Akane ou peut-être qu'à cause de ses fonctions, elle ne le pouvait plus...

Une poétesse en manque de moment d'ennui, un peu le comble. Du moins, c'était l'idée qui se dégageait de cette lettre et cela l'attristé un peu. Il relut plusieurs fois le courrier, espérant bientôt la revoir pour entendre cette fameuse poésie. Lentement, il se laissa glisser sur sa chaise et leva les yeux au plafond. Il plaqua la lettre contre son torse, réfléchissant. Le jeune homme ne savait pas trop ce qui lui arrivait, alors il ferma les yeux et tenta de faire le vide dans son esprit, comme tout Sage devait savoir le faire. Mais la seule chose qui semblait subsister dans son esprit était l'image de la jeune femme et son charmant sourire. Il fronça les sourcils. Pourquoi ? A ce moment-là, la voix d'Harmattan vint le tirer de sa réflexion :


- Ça va Zärfell, tu fais une drôle de tête ?
Il sursauta et se redressa. - Ah oui oui, ça va.
- Hmm... C'est quoi que t'as dans la main, fais voir. Elle attrapa doucement le courrier avec ses dents.
- Ah, c'est rien... Une lettre du Haut Général de l'Empire.
Elle décrypta quelques mots. - Une lettre du... Une lettre personnelle Zärfell, une lettre personnelle du Haut Général de l'Empire. C'est pas n'importe quoi ! Elle le dévisagea. Aah, c'était pour ça le faux voleur...

L'Alchimiste se mit debout brusquement :

- Mais pas du tout, qu'est-ce que tu racontes !
- Ah, je vois clair dans ton jeu. Belle astuce, mais tu sais Zär', c'est pas facile de séduire une jeune femme qui...
- Râh, mais t'as fini de dire des bêtises !
- Oula, alors si tu le prends comme ça, c'est qu'elle doit te faire de l'effet le Haut...
- C'est même pas vrai et puis, fiche-moi la paix ! Il entendit les petits rires d'Harmattan et s'irrita à nouveau. Quoi, qu'est-ce qu'il y a de drôle ?
- Hi, rien, je t'aurais jamais vu tomber si facilement amoureux. Puis, toi et le Haut Général... Pff, n'importe quoi ! Elle rigola à gorge déployée. T'imagine si je vais raconter ça à Afaenia, oh, on rigolerait bien entre filles !

Zärfell tapa du pied devant le rire bruyant de sa camarade. Mais les mots de la rinoral le préoccupèrent. Etait-ce possible que... Mais non, il voulait juste parler avec elle. Il jura et s'éclipsa pour rédiger une réponse, alors que l'animal continuait de glousser dans son coin, n'en pouvant plus. Elle repartit se coucher, ne voulant pas troubler davantage son camarade. Mais il avait ouvert une boîte de Pandore avec Harmattan et dorénavant, l'animal allait l'agacer tout le temps sur ce sujet !

Il se calma, prit un beau papier artisanal aux teintes ocres, comme celle du désert, prit une belle plume de faisan et son encrier à l'encre noire et reflets bleus. Il hésita quelques instants, puis finalement, commença à rédiger à la lueur des bougies, probablement avec un vocabulaire moins soutenu que la jeune femme, à l'éducation sûrement très différente de la sienne :


Cher Haut Général Akane,

Habitué à recevoir peu de courrier, j'ai été ravi de lire votre lettre. Je tiens encore à m'excuser pour la mise en scène de notre deuxième rencontre, j'espère ne pas avoir semer trop de zizanie. Je suis bien rentré à Awarennor dans mon Atelier que je quitte assez peu, car l'étude de la magie me prend pas mal de temps. Hélas, je ne peux pas me refuser une balade au grand air, perché sur un toit ou à la cime d'un arbre. La vue y est toujours magnifique !

Je suis heureux de lire que la pluie vous inspire et j'ai hâte d'entendre les vers de votre poésie ! Je suis sûr que les paysages d'Erimos seraient vous en inspirer d'autres. Ils sont si envoûtants, avec leurs landes infinies, leurs murmures et leurs caresses du vent. C'est une musique fascinante et unique à cette région qu'on dit si silencieuse. A Awarennor, le temps est doux et changeant. J'avoue préférer le climat sec du désert, où le ciel est toujours au beau fixe. La seule végétation présente sont des cactus, qui peuvent avoir de très belles fleurs, qu'on ne peut admirer qu'à Erimos.

Enfin, chaque région à son charme. Vous parliez de cerisiers en fleur, je vois lesquels ce sont. A Mirabelle, le village où j'ai grandi qui se trouve dans la forêt de l'Empire, nous en avions plusieurs, trois ou quatre si je me souviens bien, et on en prenait bien soin. Je les aime beaucoup moi aussi. Tout comme n'importe quel être vivant, ils ont toujours une histoire ou un poème à chuchoter. Ils sont plus poétiques que les chênes, qui sont moins bavards et plus mystérieux. Si vous saviez tous ce que la flore peut avoir à se dire !

J'aurais juste une faveur à vous demander : pourriez-vous, quand vous en aurez le temps, vous rendre à la forêt de Shoan jusqu'à Mirabelle pour y voir ma mère. Elle s'appelle Afaenia Lonriik, de part son mariage. J'aimerais juste que vous lui dites que je vais bien et que je pense à elle. Je la vois si peu souvent et elle a tant fait pour moi... J'espère que vous ne m'en voudrez pas de vous demander cela.

J'espère aussi que l'hiver ne sera pas trop froid à Shoan. Merci encore de prendre le temps de m'écrire, Haut Général.

Respectueusement,
Zärfell Eriawyn.

Il signa, de son écriture italique et très dessinée. Le jeune homme relut son écrit, avant de prendre deux feuilles et de dessiner un cerisier en fleur sur l'une et un cactus sur l'autre. Il ajouta les couleurs adéquates et s'appropria un peu les deux plantes avec son style dessin. Le Sage Rouge marqua aux deux dos "cerisier" et "cactus bleu" en langue du désert traduite en langue universelle. Ainsi, il voulait comme lui envoyer un morceau du désert ou du moins, c'était l'idée qu'il voulait envoyer. Enfin, une fois le tout soigneusement plié et rangé dans une belle enveloppe épaisse et orange, il la déposa bien en évidence sur le bureau. Demain, il l'enverrait.

Finalement, s'en réellement savoir l'heure, il prit la lettre d'Akane et se jeta sur son lit. Il la relut une dernière fois, pensif, avant de la poser sur sa table de nuit et de s'endormir, porté par des songes à l'odeur de fleurs roses... Quelques rêves vinrent habiter le sommeil du jeune homme qui, réglé comme une horloge, se réveilla juste avant l'aurore. Aux premières lueurs du jour, il partit poster son courrier auquel il avait rajouté l'adresse et la destinataire. Il revint prestement jusqu'à son Atelier et se reprit son travail...

~ Face à la pierre, à la pépite et à la branche, désormais taillée en bâton et décorée, d'if, il fallait d'après les écrits de Décartus, assembler le bâton d'Alchimiste. Ainsi, le jeune homme se mit à l'ouvrage, la lumière du jour pénétrant progressivement dans son antre. Il prit la pierre philosophale et la plaça au sommet du bâton finement orné d'écriteaux en langue d'Erimos. Une fois le minerai encastré, il s'occupa de la pépite d'or, qu'il installa un peu en-dessous de la pièce maîtresse, dans le deuxième espace sculpté. Ainsi, alors que le soleil commençait à titiller les moustaches d'Harmattan, le jeune homme acheva l'assemblage et attendit un instant...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mar 28 Oct - 14:34

Une fois le bâton assemblé, la pierre philosophale se mit à perdre de sa brillance, comme si l'énergie magique dont elle débordait commencer enfin à se calmer. Elle brillait désormais uniquement parce que le soleil et le feu l'éclairait. La lettre était partie ce matin à Shoan. Il fallait maintenant attendre qu'elle atteigne la charmante personne à qui elle était adressée et qu'elle réponde.

Concernant le bâton, rien ne semblait se produire. Si vous jetez un regard sur la copie du carnet de Decartus qui vous a été offert par la Reine d'Awarennor, vous pourrez alors apercevoir ses lignes :


Après avoir porté la pierre et la pépite sur le bâton, nous avons mis la chose dans le chaudron. Bien qu'il fusse vide, nous l'avions vus se remplir d'un liquide opaque, bouillir quelques instants, puis le bâton est ressorti de lui même. Riri 'Na l'attrapa, mais il n'était pas chaud. Il dégageait désormais selon elle toute l'énergie de la pierre que nous eussions appelé pierre philosophale.

Il n'y en avait peut-être pas à savoir plus pour obtenir le premier outil indispensable et nécessaire à la création de l'Alchimie. À la fin du carnet était noté quelques recettes simples pour commencer l'Alchimie.

Potion de Soin
3 feuilles de menthe

Parchemin
1 feuille d'arbre quelconque
1 coudée de laine

Épée parfaite
1 épée
1 mesure de poudre de métal
1 mesure de poudre de bronze
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mar 28 Oct - 14:58

~ Zärfell admira, fasciné, la pierre perdre de sa luminosité. Il porta ses yeux sur le carnet de Décartus et lut les précieuses informations. Un peu plus bas, il découvrit trois recettes simples. Aussitôt, il les enregistra dans son esprit. Le Sage Rouge sourit et pensa : *Génial, je vais pouvoir tester cette science magique... J'ai tellement hâte, mais ne confond pas vitesse et précipitation, mon p'tit Zär'. D'abord le bâton, une fois que ce sera bien fait, la cueillette pourra commencer et ensuite, on testera chacune d'elle dans l'ordre et avec attention.* Quand il relut menthe et feuille d'arbre quelconque, il pensa que créer un petit coin serre dans l'Atelier serait une excellente idée. Il inspecta brièvement les locaux, remarquant déjà quelques espaces assez larges, où la lumière était suffisante. Néanmoins, il en revint vite à ses moutons. Il s'approcha de son grand chaudron neuf. Harmattan, qui s'était levée, arriva au pas de course :

- Oh, tu n'allais même pas m'attendre pour LE grand moment ??
- Ah excuse-moi... Si, bien sûr, on le fait ensemble ?
Elle fit un lumineux sourire, avant de se mettre bien droite devant le récipient. - Prête, grand futur Alchimiste ! A toi l'honneur de la renaissance. Au fait, tu seras peut-être le premier homme Alchimiste de toute l'Histoire, non ?
- Oui, apparemment je serais le premier, du moins, d'après les écrits. Il se tourna face au chaudron, cette idée d'être le premier Alchimiste lui effleurant à peine l'esprit. Non, le moment était trop solennel pour penser à ça. Bien, pour Pandore et l'Alchimie, voyons ce que ça donne... Que la Divinité veille sur nous pour éviter une explosion.

Il mit doucement le bâton d'if, avec sa pépite et sa pierre mystique, dans le chaudron... En Zärfell, l'impatience de la découverte bouillonnait. Sa curiosité était en total éveil. Tout son être tremblait de ranimer une science si longtemps oubliée... Sa puissance magique causa des murmures dans l'air de la pièce, qui semblait, lui aussi, retenir son souffle. Ils étaient trois pour observer ce qui allait se passer : l'élément, son maître et la rinoral du désert. Tous avaient les yeux rivés sur le chaudron et le bâton...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mar 28 Oct - 20:53

À peine le bâton mis dans le chaudron, celui-ci se mit aussitôt à se remplir d'un liquide bouillant et à la couleur particulière. En fait, il alternait beaucoup entre le vert, le violet et le bleu opaque et un peu sale. Le chaudron dégageait une fine fumée à travers laquelle l'on pouvait facilement voir à travers. Puis, après quelques secondes, il rejeta le bâton dans un ''plop'' aigu et discret.

L'objet fit un tour sur lui même tel une roue dans les airs avant d'atterrir plus loin dans l'Atelier. Il ne dégageait aucune fumée. Du côté du chaudron, celui-ci était toujours empli de son liquide bouillant, qui rajoutait une musique à l'intérieur du bâtiment, celle de ses bulles qui éclataient.

La bâton était devenu subitement aussi droit qu'une hampe de bannière. La pépite d'or avait fusionnée avec la pierre philosophale de sorte à former un écrin qui s'était adapté à la forme du bâton. L'énergie magique qui découlait de la pierre semblait enfin maîtrisée. Elle ne partait plus dans tous les sens, mais restait bien au niveau de son réceptacle mystique. Cette dernière avait par ailleurs retrouvait ses couleurs arc-en-ciel, mais d'une manière plus harmonieuse et régulière.

Aucune explosion à déplorer pour cette fois, mais il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers. La première expérience Alchimique depuis des millénaires venait de se réaliser sans encombre. Si les scientifiques de Decartus étaient encore vivant pour vois ça, vous auriez sûrement entendu :

Félicitations. Vous êtes Alchimiste.


Zärfell Eriawyn + 1 Bâton d'Alchimiste S D S


Dernière édition par Maître du Jeu le Mar 28 Oct - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mar 28 Oct - 21:27

~ Zärfell et Harmattan contemplèrent la réaction qui découla du contact entre le bâton et la chaudron. Celui-ci prit vie grâce à un étrange liquide inconnu... Le jeune homme se rapprocha pour observer les bulles, quand soudain le bâton fut éjecté avec force à l'autre bout de l'Atelier. Les deux amis sursautèrent, surpris. Le Sage Rouge observa le chaudron, puis l'objet, avant de ressentir à nouveau l'énergie magique et l'appel de la pierre philosophale. Il marcha jusqu'à elle de son pas lent. Il attrapa le bâton, qui était désormais parfaitement droit, et l'admira. Harmattan détailla la scène et sourit :

- Bravo, le nouvel Alchimiste de Pandore depuis bien longtemps est né !
- Oui...

Zärfell se laissa un instant bercer par la pierre et ses reflets arc-en-ciel. C'était véritablement magique... Une magie dont, un an auparavant, il ignorait complètement l'existence. Le jeune homme pensa aux premiers scientifiques, à Riri 'Na et à tous ceux qui suivirent. Il déclara :

- Merci de me léguer votre science. Tout est à redécouvrir maintenant...

Il se tourna énergiquement vers son amie, un grand sourire aux lèvres.

- C'est fantastique ! Vite, partons sans attendre chercher des ingrédients !
- Oh, doucement Zär', ne pas confondre...
- ... Vitesse et précipitation, oui. Mais... Il faut bien commencer par quelques part, alors, en avant !
- Tu as raison, mais du calme, sinon je te force à ralentir en t'attrapant par la ceinture.
- Oui oui, compris.

Le jeune homme redevenait un peu un enfant en pleine aventure. Il saisit un sac en bandoulière fait de tissu, vérifia brièvement l'Atelier, puis sortit, bâton d'Alchimiste en main. Harmattan et lui sortirent, le jeune homme fermant la porte de l'établissement. Dehors, le soleil entamait tout juste sa course circulaire dans les cieux. La journée s'annonçait pleine de découvertes !

[Sortie de Zärfell]

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 17:06

[Arrivée de Zärfell]

~ La matinée s'achevait et les rues étaient toutes bondées désormais. Après avoir réunis tous les ingrédients nécessaires, les deux amis retournèrent sans attendre à l'Atelier d'Alchimie. Passant la porte et retrouvant la douce odeur de l'intérieur, le jeune homme referma l'entrée et se dirigea aussitôt vers une table afin d'en dégager le bazar. Il posa l'épée d'initié, puis sortit un à un les articles et plantes qu'il avait acheté ou cueilli. Le Voyageur partit tout d'abord rempoter les deux plants de menthe sauvage et mettre en terre cinq glands. Le Sage Rouge débarrassa un peu l'espace destiné à ses plantations et les y installa. Le Sylphe vérifia une dernière fois la luminosité et l'humidité du sol des pots.

Puis, il revint auprès des autres ingrédients, parés pour les expériences. Harmattan s'était assise, attendant sagement que tout commence. Dans ses yeux brillaient l'étoile de l'impatience et la hâte de voir cette science magique opérer. Le fils de l'Empire reprit le cahier de Décartus et relut les recettes, le soleil entrant généreusement par les fenêtres. Enfin, il le posa :


- Bien ! On va commencer avec la potion de soin. Donc, on doit prendre trois feuilles de menthe.
- D'accord !

Zärfell en prit trois dans sa main gauche, saisit son bâton avec l'autre et marcha jusqu'au chaudron bouillonnant. Il regarda Harmattan avant de déposer les trois morceaux de menthe sauvage dans le liquide. Le Vétéran prit son bâton à deux mains et se pencha légèrement au-dessus de la préparation. Peut-être fallait-il remuer avec la bâton d'Alchimie afin de diffuser le pouvoir de la pierre dans le mélange ? Harmattan était partie chercher le carnet de Décartus, qu'elle posa sur une petite table à côté du jeune homme, puis revint à sa droite, face au chaudron. Après tout, si jamais cela ne fonctionnait pas, il faudrait relire en détail les explications du scientifique.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 17:39

Sitôt les trois feuilles mis dans le liquide du chaudron toujours chaud et le bâton posé dans celui-ci, une réaction se manifesta, le chaudron se mit à bouillir et de petits bulles apparaissaient à sa surface. Quand le mélange se faisait touillé par le bois d'if du bâton, la menthe commença à disparaître petit à petit, fondant comme du verre chaud avant de devenir aussi liquide que l'eau. Le mélange gagna alors une couleur verte pomme plutôt gourmande et tentante, avant de finir par arrêter de bouillir et de se calmer. Certes, il était toujours chaud, mais il n'y avait plus rien à faire d'autre.

Si vous lisez la copie du carnet de Decartus concernant la recette des potions de soin, vous pouviez lire ceci :


Après avoir placé dans le chaudron les feuilles de menthe que Riri 'Na agita avec le bâton, nous constations une manifestation propre à l'Alchimie. Le liquide se mit à bouillir, puis la menthe à fondre. Elle disparut totalement jusqu'à devenir semblable aux potions de nos apothicaire. Le liquide arrêta alors de bouillir et redevint chaud.

Nous remplissions six flacons de potions avec dix-huit feuilles, mais il y avait peut-être moyen d'en remplir plus. Nous confions la potion à quelques blessés qui récupérèrent immédiatement leurs forces. Le liquide avait un petit goût sucré et doux d'après leurs dires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 18:02

~ Le jeune homme décida de remuer le liquide avec son bâton d'Alchimiste. Aussitôt au contact du bois, le mélange réagit et prit une couleur similaire à celle de ses iris. Harmattan observa, captivée, la magie de l'Alchimie. Il continua de mélanger tout en lisant quelques écriteaux dans le carnet du scientifique Décartus. Il retint bien ce qui était écrit et déclara à la rinoral :

- Je vais chercher d'autres feuilles. Tu peux aller me chercher des flacons, ça doit être quelque part dans le coin des ustensiles appartenant à la verrerie.

L'animal s'exécuta alors que le Sage Rouge prenait quinze feuilles de menthe supplémentaire et les jeter dans le liquide vert. Il reprit son bâton d'if pour touiller et laissa la magie opérer. La demoiselle velue traîna une caisse où des flacons en verre étaient rangés dans des petits compartiments. Le jeune homme en prit un premier et le remplit au maximum. Le Voyageur observa le liquide dans le récipient et dit à son amie :

- Oh, il me faut des bouchons !
- Tout de suite chef !

L'animal attrapa une petite boîte qu'elle fit traîner par terre avec sa patte. Le jeune homme ouvrit la boîte et boucha l'objet, désormais considérable comme une potion de soin. Comme noté dans le carnet, Zärfell en remplit six. Le dernier flacon, il décida de le boire pour voir si cela faisait effet. Après tout, il avait été blessé durant un combat, c'était le moment de voir le niveau de guérison de la potion. Le jeune homme observa le verre tout en souriant.

- Bien ! Essayons de réaliser un parchemin.

Il alla chercher un coudée de Shoan et une feuille d'arbre. Revenant devant son grand chaudron bouillonnant, il y mit les deux ingrédients et reprit son bâton pour touiller. En même temps, il se demanda si beaucoup d’expositions étaient à déplorer pour les expériences. Peut-être que, tant qu'il suivait des recettes précises, aucun danger n'était possible ? Finalement, curieux de voir si cela fonctionnait, ses pensées dérivèrent jusqu'au Haut Général, à qui il espérait pouvoir offrir un de ces parchemins...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 19:01

Les effets de la potion était commun à ceux d'une potion de soin normal. Alors que le liquide coulait dans la gorge, les blessures se refermaient et les maladies disparaissaient.

Zärfell +15 P.V
Zärfell + 5 Potion de Soin Alc. (rétablit 15 P.V)

L'expérience suivant du parchemin sera donc la même que la toute première expérience Alchimique. Après avoir placé la laine et la feuille d'arbre, le chaudron se mit à nouveau à bouillir au contact du bâton d'Alchimiste où transitait le pouvoir de la pierre philosophale. Le liquide suivait lentement le mouvement circulaire exercé par l'outil avant de se mettre à faire éclater ses petites bulles.

Puis, après un moment, une bulle plus grosse que les autres éclata et projeta dans les airs un long parchemin de la taille avoisinant celle d'une page. Le papier était d'une qualité impeccable, visiblement aussi doux que de la soie au toucher, mais pour ça, encore fallait-il tester pour voir si cela n'était qu'une apparence.


Zärfell +1 Parchemin impeccable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 20:31

~ Tandis que la potion faisait effet et qu'Harmattan recomptait le nombre de flacons remplis, Zärfell touillait à un rythme régulier dans l'étrange liquide. Les bulles explosaient les unes après les autres, quand soudain, la plus grosse surpris Zärfell. Au son de son explosion, l'animal releva la tête et observa le beau parchemin que rattrapait le jeune homme. Il laissa le bâton dans le chaudron et admira la qualité du papier. Ses doigts glissèrent sur cette surface d'une douceur incroyable. Jamais il n'avait vu une telle matière ! La rinoral le renifla, tout en écoutant :

- Wouah, quel beau parchemin ! Je me demande ce que ça donnerait avec le coudée de Tonel.
- Essaie pour voir ! Moi, je suis très curieuse de voir ce que donne l'épée parfaite ! Qu'est-ce qu'elle peut bien avoir de plus que les autres ?
- Oui, moi aussi je suis curieux de savoir ! Aller, tentons, nous verrons bien.

Il posa avec soin le papier sur la table, dans un espace propre et écarté de toutes ses babioles. De plus en plus, la curiosité du jeune homme grandissait. Il avait tellement hâte de tester l'autre coudée et la lame ! Néanmoins, il prit le temps d'aller chercher un petit grimoire, celui qu'il utilisait depuis le début pour noter toutes ses expériences Alchimiques. Dedans était aussi rangé tous les papiers relatant l'histoire de l'Alchimie, les dessins et notes prises à Gandur ainsi que ses hypothèses. Il avait tout conservé dans ce précieux ouvrage, tout depuis le début de sa quête !

Zärfell l'ouvrit, la première page déclarant : "Carnet d'un nouvel Alchimiste, Zärfell". En-dessous, il y avait aussi noté la date de la fabrication du bâton. La deuxième page présentait des dates avec des notes, telle que "découverte de la pierre philosophale", plus un paragraphe sur le déroulement de la trouvaille et des commentaires de sa part. Il en valait de même pour toutes ses découvertes et recherches jusqu'à aujourd'hui. Il s'assit, prit son porte-plume et sa plume, puis commença à écrire. Il inscrivit la date du jour et tout ce qu'il avait fait, notamment les expériences. La rinoral l'observa et sourit. Elle voyait son ami, sérieux et très très impliqué. Peut-être que si son père l'avait vu en cet instant, aussi actif dans une quête, il aurait remis en question le jugement qu'il portait sur son fils.

Le laissant ouvert et reposant la plume de faison à sa place, le Sage Rouge se leva de sa chaise et prépara les deux poudres, en plus de l'épée d’initié. Puis, il saisit le coudée de Tonel, ainsi qu'une nouvelle feuille de chêne s'approcha du chaudron. Il sourit à Harmattan, avant de jeter les deux nouveaux ingrédients. Le Vétéran reprit son bâton et se remit à touiller, curieux de voir si le même parchemin allait sortir...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 20:48

Ce parchemin d'une qualité impeccable donc, n'attendait plus qu'à être utilisé pour une chose ou une autre. Les nouveaux ingrédients plaçaient dans le chaudron, la réaction ne se fit pas attendre. Encore une fois, le liquide créa des bulles, devint bouillant quelques instants, puis les matériaux disparurent sous celui-ci, comme englouti par les eaux, avant qu'une bulle plus grosse n'éclate et ne projette dans les airs un autre morceau de parchemin.

Celui-ci était déjà d'une surface un peu plus lisse, très proche du papier, mais en même temps très éloigné. Il était fin, mais résistant, comme s'il était épais. Il était qui plus est, très léger. En fait, il chutait lentement vers le sol comme le faisait la plume d'un oiseau. Sûrement l'encre sur ce parchemin deviendrait aussi indélébile que les affres du temps.


Zärfell +1 parchemin magnifique

Toujours chaud, le liquide dans le chaudron commença alors à perdre de sa chaleur, avant de revenir la soupe fumante et chaude qu'il est sans que le bâton d'alchimiste n'y soit trempé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 21:20

~ Harmattan se pencha près du liquide bouillonnant, curieuse de voir cette grosse bulle exploser et en voir sortir un parchemin. Zärfell, qui touillait toujours, lui dit de faire attention si elle ne voulait pas voir ses moustaches brûler. L'animal, qui allait acquiesça, sursauta devant l'envol du papier. Le jeune homme rigola, tandis que le nouvel objet tombait, d'une légèreté qui le différencier déjà de celui du coudée de Shoan. Le parchemin toucha doucement le sol, sans un bruit, sans une poussière, et le Voyageur se pencha pour le saisir. Il passa ses doigts virtuoses dessus : il était d'une finesse exceptionnelle et pourtant, ses apparence semblaient trompeuses. Sa meilleure amie vint le renifler, ne sentant pas beaucoup de différence avec l'autre.

- Il est tout aussi magnifique ! Mettons-le à côté de l'autre !

Il les posa et les compara. Leur poids paraissait la plus grande des différences. Finalement, le Voyageur tourna sa tête pour voir l'animal le suppliait du regard devant l'épée. Il étira un large sourire :

- Oui oui, on passe à l'épée ! Après je note tout ça !
- Youpi !

La demoiselle orange courut au chaudron, tandis que le Vétéran dégainé l'épée et la plongeait dans le liquide du chaudron. Puis, le jeune homme prit les deux sacs contenant les poudres et les vida. Enfin, Zärfell prit son bâton d'Alchimiste et se mit à touiller. Il cherchait à sentir l'épée dans le gros récipient... A sa droite, la rinoral ne tenait plus en place, tremblant d'impatience. Elle fixait sans cligner des yeux le chaudron, le bâton et le liquide magique. L'épée allait-elle sortir en bondissant, comme les parchemins ? Dehors, le soleil avait déjà passé le cape de midi et courait dans le ciel, les heures de l'après-midi s'écoulant à toute vitesse...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 21:27

Une fois dans le chaudron, l'épée s'enfonça comme tous les ingrédients lourds. La poudre de métal et de bronze restèrent à la surface et suivirent le mouvement du bâton, comme le sel et le poivre sur l'eau. Ils se mélangèrent, s'enroulèrent l'un sur l'autre alors que le liquide recommençait son rituel habituel. Puis les bulles commencèrent à éclater, libérant une légère odeur de brûlé. De métal brûlé. Les bulles se multiplièrent, éclataient de plus en plus souvent et de plus en plus vite.

Puis, tout aussi soudainement que d'habitude, l'épée ressortie du chaudron dans un grand bon. Elle pivota, tourna sur elle même avant de se planter solidement dans le sol. Elle avait pourfendu sans problème le bois du plancher ! Sa lame était la même, mais elle était tellement reluisante que l'animal orange se reflétait dedans. Avec la lumière du soleil, on pouvait voir qu'elle projetait sur les murs des nuances colorés comme lorsque l'on regarde au travers d'un diamant.

C'était là sûrement une des plus belles lames jamais conçue.


Zärfell +1 Épée parfaite A A A

Le chaudron se re-calma à nouveau, un peu de liquide ayant débordé à cause de l'éclatement un peu plus violent de la bulle qui avait donné naissance à l'épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 22:47

~ La rinoral fit encore un bond, mais bien plus grand cette fois-ci. Zärfell s'écarta pour éviter le tranchant de la nouvelle lame. Il la vit se planter sèchement dans le parquet et il sortit lentement son bâton d'if du chaudron pour le poser à côté de la cheminée. Le Vétéran s'approcha de cette lame qui jouait avec la lumière, lui donnant mille et une couleurs sur les murs. Harmattan était fascinée :

- Incroyable, cette lame est juste... Sublime !

Zärfell la retira du sol et la leva. Les éclats lumineux et colorés étaient envoûtants sur le plafond. Il l'admira :

- Oui, elle est vraiment très belle. J'ai hâte de la montrer à Dame Freyla, avec le reste de nos découvertes. Harmattan, va chercher une grande étoffe d'un tissu bien plus et doux, là-bas. On va l'emballer dedans.

La demoiselle velue acquiesça et partit chercher le drap. Le jeune homme manipula un peu l'épée, qui semblait avoir conserver quelques caractéristiques de l'épée de base, avant de la ranger dans son fourreau. L'animal revint avec l'étoffe demandée. Il s'en empara et emballa proprement et soigneusement l'arme. Une fois cela fait, il regarda les résultats des expériences, Harmattan lui apportant la caisse rempli des flacons. Elle s'assit et déclara :

- Eh ben, c'était une journée fructueuse !
- Oui... Et toutes ses expériences ont marché. Relatons tout ça sans attendre dans le grimoire !
- Oui oui !

Plein d'entrain, les deux amis s'assirent en face du livre et écrivirent tout ensemble. Ils parlaient avec énergie et rigolaient de temps en temps. Après quoi, Zärfell fit un peu de rangement : il créa un espace table spécialement dédié aux résultats qu'il venait d'obtenir. Il tria ses ouvrages, sa verrerie, fit un peu de nettoyage, sortie ses plantes, casa ses papiers dans des casiers, rentra ses plantes, les arrosa, puis termina par un peu de ménage. Enfin, il s'assit à une table pour reprendre sa lecture sur la méditation et le contrôle de sa force magique. La journée s'écoula à une vitesse phénoménale, et, quand le jeune homme daigna enfin porter ses yeux à la fenêtre, il y vit un ciel palissant de début de soirée. Il regarda l'horloge au-dessus de l'entrée et s'exclama :

- Quoi ! Il est déjà si tard ?

La rinoral, qui avait fait une sieste, se leva et rejoint son camarade ahuri.

- Eh ben oui, c'est que la journée a été éprouvante ! Et vu que t'es du genre à te coucher tard et te lever tôt... Pas étonnant que tu sois lessivé à la fin de la journée.
- Oui. Son ventre gargouilla. Oups, désolé...
- Allons, tu n'as rien mangé de la journée. Pas de petit-déjeuner, pas de déjeuner... Dîne au moins.
- Ouais, j'vais voir ce que je peux manger.

Il se rendit jusqu'à son coin cuisine et y vit plein de bonnes choses, qui réclamaient néanmoins du temps et une préparation. Sa fatigue guidant ses gestes, il se contenta d'un pain, de jambon et d'une tomate. Harmattan eut le droit à des céréales, après tout, elle n'avait pas besoin de plus. A côté, Zärfell passait pour un glouton. La nuit finit par complètement tombée et le jeune homme alluma quelques bougies, juste de quoi se rendre à son lit mezzanine avec un petit livre de pensées du soir. Se jetant sur son lit, il se glissa dedans et lut quelques lignes d'un poème. Harmattan, quant à elle, se roula sagement dans son imposant coussin et s'endormit aussitôt. Finalement, le jeune homme s'endormit, le livre sur lui, toutes ses bougies allumées. Mais, un vent nocturne provenant de l’entrebâillement de sa fenêtre vint les éteindre pour lui. Une dure journée de travail qui valait bien un bon sommeil.

~ Se fut le chant d'oiseaux qui réveilla le Voyageur. Lentement, il ouvrit ses paupières, allongés par terre. Il regarda à sa gauche et remarqua qu'il avait glissé du matelas avec son grand drap en soie qui faisait office de couette. Il se leva péniblement et s'étira. A l'extérieur, la mer céleste se parait de sa robe d'aurore. Il descendit lourdement les marches, ses cheveux et ses vêtements à l'image de son esprit mal réveillé. Le jeune Vétéran traîna des pieds jusqu'à son espace cuisine où il se tartina tant bien que mal du pain avec du beurre. Il chercha Harmattan, mais celle-ci devait être sortie pour sa balade très matinale. Le jeune homme mangea et s'approcha de la porte entre-ouverte. En effet, il était bien tout seul. Depuis l'entrée, il fit glisser ses yeux un peu partout dans son Atelier...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 22:58

Alors que le soleil se levait lentement dans le ciel, les crieurs des rues arrivaient pour annoncer les quelques nouvelles du matin. En somme rien de bien flagrant, l'habituel appel aux prières, les bonne paroles du château, la gloire à quelques Chevaliers... Puis finalement, les quelques personnes qui distribuaient le courrier. Les lettres cachetées ou simplement enroulées et maintenu par du fil retrouvaient ainsi ceux qui depuis tout ce temps les attendait. Ou pas, dans le cas des bonnes surprises et des mauvaises nouvelles.

Il était garçon de course depuis quelques jours à peine. Il faisait ça pour gagner de l'argent avant d'espérer devenir Chevalier. Son gros sac sur le dos, il tenait déjà la magnifique enveloppe cachetée du symbole de l'Empire comme s'il tenait l'Excalibure de la Reine. Le jeune homme se gratta la tête.


Atelier Zärfell... Atelier Zärfell... C'est une rue ?

Arrivant devant le bâtiment, il posa un regard sur l'enveloppe, puis sur la pancarte. Il y avait bien écrit Atelier dessus, mais pas de Zärfell... Peu sûr de lui, il s'approcha et frappe fortement à la porte.

Excusez moi !! Euh... J'ai une lettre de l'Empire de Shoan pour le seigneur Zärfell ! Zärfell Eriawyn de l'Atelier Zärfell ! Euh... C'est ici ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 23:29

~ Alors qu'il allait se cherchait une pomme, son estomac de jeune homme réclamant davantage à manger, il entendit quelqu'un entrer. Il pivota sur ses talons nus, sa tunique de Voyageur et ses cheveux mal arrangés. Le Vétéran vit un jeune homme avec une lettre, qui lui demandait si l'Atelier Zärfell se trouvait bien ici. Le mot Empire causa un petit bond à son cœur et lui fit comprendre, sans aucun doute de possible, de qui était ce courrier... Amicalement, le Sage Rouge fit un sourire au brave garçon et répondit :

- Oui, l'Atelier Zärfell, c'est bien ici, la pancarte a pas encore été changé. Et, le Zärfell en question, c'est moi, mais je suis juste Mage. Merci beaucoup pour ce courrier, je l'attendais depuis un moment ! Courage pour ta livraison !

Il prit la lettre et salua poliment le jeune homme d'un signe de la main, avant de le laisser partir et reprendre sa course. Le Vétéran posa lentement son regard sur la lettre cachetée par l'Empire. Un sourire se dessina sur ses lèvres et il partit chercher son dague de magicien pour ouvrir proprement l'enveloppe. Une fois cela fait, il reposa sa lame et alluma quelques bouges afin d'y voir plus clair. En effet, le jour naissant n'éclairait pas encore suffisamment. Doucement, l'Alchimiste sortit la lettre, une étrange curiosité et impatience le gagnant. Il contempla un instant le joli papier avant de l'ouvrir et de découvrir, tel le plus fabuleux des trésors, son contenu...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Ven 31 Oct - 23:44

Toujours aussi délicat et fin, le papier de Shoan n'avait rien a envier aux autres papiers. Encore plus quand on y apposait l'encre noir typique du pays. Finalement, après avoir ouvert l'enveloppe et découvert son unique trésor, c'était l'instant de découvrir son unique message.

Cher Zärfell,

Votre dernière lettre m'a fait comprendre votre amour pour le pays qu'est Erimos. Je n'en sais, hélas, que les récits que m'ont rapportés les enfants de l'Empire ayant combattu dans son désert. Mais à vous lire, je comprend que cette région de Pandore n'est pas propice qu'à des combats acharnés. Vos mots pour le décrire sont presque ceux d'un poète.

Votre intérêt pour la nature est également tout à votre honneur. Au moment où je couche ces mots sur le papier, mon cerisier perd ses dernières feuilles. Ce spectacle à la fois triste et magnifique est commun à toute la Cité Impériale ces derniers jours.

Votre œuvre que j'ai reçut était une pièce superbe. Je saurais la mettre en un lieu qu'elle mérite, clairement exposée entre les quelques œuvres que je tiens de l'Empire et de mes rares campagnes militaires.

J'ai reçue des nouvelles de votre mère par une personnalité locale, qui je crois vous connais. Je ne croise que rarement cette personne, mais je crois comprendre qu'elle s'entend bien avec votre mère. Le message atteindra ses oreilles. Désolée de ne pouvoir me déplacer personnellement, mais je n'aurais hélas pas pût le faire avant la fin de la saison froide qui s'annonce.
En vous adressant mes meilleurs vœux,

Cordialement,
Haut Général Akane de l'Empire de Shoan
Avec la lettre était également présente une branche de cerisier contenant encore une feuille. Y était attaché un petit mot :

Cette branche n'a sût résister à la fin de sa vie,
Mais je sais qu'elle renaîtra en votre compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Sam 1 Nov - 17:01

~ Seul dans son Atelier, Zärfell lisait avec un large sourire aux lèvres les mots du Haut Général. Il avait conservé la précédente dans un coffret en bois qui se trouvait à côté de son matelas par terre. Il rougit légèrement quand la jeune femme le compara à un poète. Le Sage Rouge était heureux d'avoir réussi à montrer à la demoiselle qu'Erimos n'était pas qu'un désert sanglant et hostile. Une idée germa dans sa tête : peut-être pourrait-il écrire un livre sur cette région ? Poursuivant sa lecture, le Vétéran garda cette lumière dans un coin de son esprit.

Ainsi, l'hiver s'était bel et bien installé à Shoan, la chute des dernières feuilles de cerisiers en témoignaient... Le jeune homme tenta de se souvenir de la froide saison dans l'Empire. La neige, les bises glaciales, les toits tout blanc, le soleil bas et tiède, les tempêtes poudreuses... Il frissonna. Rien que de se remémorer quelques détails, le Voyageur tremblait de froid ! Heureusement qu'à Awarennor, il faisait encore doux. Il n'aurait pas aimer être à Shoan en ce moment, obligé de mettre des couches et des couches de vêtements pour ne pas avoir froid, ou bien de forcer le vent à souffler chaud.

Son sourire s'illumina davantage quand il apprit que ses dessins avaient plu au Haut Général. Il lui aurait bien peint un tableau, sur Erimos ou sur le château d'Awarennor, s'il avait pu lui expédié ! Ainsi, elle les rangerait auprès de sa collection d'objets de... Valeurs ? Apparemment, c'est ce qu'il semblait lire. Cette simple idée rendait sa journée radieuse.

Puis, il prit une expression un peu plus grave au passage sur sa mère. Il rigola doucement en voyant de quelle jeune femme Akane parlait : Fujiwara. L'Alchimiste se souvenait clairement de son visage et de sa personnalité, ainsi que de leur périple ensemble. Ils s'étaient quittés à la cathédrale, là où d'ailleurs, il avait croisé la terrible Knox. Il remercia mentalement le Haut Général et la Mage de Feu. Ainsi, Afaenia saurait qu'il allait bien. Achevant la lettre, il découvrit le petit mot et la branche de cerisier où se tenait encore une feuille un peu déteinte la saison d'automne.

Le magicien sourit : un morceau parfait pour une bouture. Il posa soigneusement le courrier sur sa grande table de lecture et d'étude, celle collée au fenêtre, et se leva pour chercher un pot et du terreau. Dans son bazar d'argile, il trouva tout de même un pot en faïence, blanc décoré de motifs bleu. Le Vétéran pensa. *Parfait pour faire repartir cette branche !* Il y mit de la terre, humidifia le sol et installa la branche, afin qu'elle puisse repartir. Il porta le précieux récipient jusqu'à son coin botanique et le déposa aux côtés des glands en terre et des pieds de menthe sauvage. Son jardin intérieur commençait à prendre forme !

Zärfell partir chercher les deux parchemins qu'il avait réalisé hier. Le fils de l'Empire trifouilla aussi dans ses affaires pour trouver un contenant cylindrique, où il pourrait y glisser, et la lettre, et le parchemin, tous deux roulés. Il revint devant sa grande table en bois massif et fit craquer ses doigts. Il prit son encrier, sa plume de faisan, la trempa dans le liquide bleu-noir et se mit à rédiger sur le parchemin impeccable :


Cher Haut Général Akane,

C'est toujours un plaisir de vous lire ! Merci pour votre branche de cerisier, j'ai aussitôt été la mettre dans un pot auprès de mes autres plantes. Je serai la faire repartir avec de l'attention et de la bonne eau. Il faudra juste faire preuve de patience, après tout, là est la qualité de la Nature.

L'hiver s'est donc bel et bien installé chez vous. Au Royaume, le temps est toujours clément, mais je pense que la saison des feuilles mortes ne va pas tarder à arriver, si celle-ci est déjà passée à l'Empire. Je vais donc préparer le manteau et les gants, moi qui ne suis plus accoutumé aux saisons froides. Cela va bien faire un moment que je n'ai pas fait de batailles de boules de neiges ou fait virevolter des flocons. Je crois que je resterai bien au chaud dans mon Atelier, pour poursuivre mes études sur la magie et la science perdue.

D'ailleurs, je vous fourni avec ce courrier un parchemin réalisé grâce à cette science si spéciale sur laquelle j'enquête jour comme nuit. Le papier est très léger et très doux, il a été confectionné avec un coudée de Tonel. J'espère qu'il vous permettra d'écrire quelques strophes. Celui sur lequel sont présents mes mots est aussi un papier créé grâce à cette magie. Néanmoins, je me suis servi d'un coudée de Shoan. La différence est remarquable et j'ai hâte de tester d'autres coudées pour découvrir toutes les sortes de parchemins possibles !

Pour ma mère, merci infiniment pour ce que vous avez fait ! Je connais en effet la personne que vous avez croisé, j'ai déjà voyagé avec elle. Je comprends parfaitement que vous ne puissiez pas vous déplacer, c'est déjà très aimable à vous d'avoir pris le temps d'en informer cette Mage de Feu. Je suis rassuré de savoir qu'elle aura de mes nouvelles.

Votre passage sur Erimos m'a fait pensé que je ne vous ai pas parlé de l'océan. Depuis Erimos, on dirait deux étendues en confrontation constante. Mais le sable, près de l'eau tiède, prend son joli voile mouillé et scintillant, aux teintes brunes. S'y baigner en début ou fin de journée est un véritable bonheur ! En journée cependant, il ne faut pas espérer une baignade, le soleil cogne beaucoup trop fort, quoi qu'au moins, le linge sèche bien et très rapidement.

J'espère que le froid ne sera pas trop mordant une fois l'hiver bien installé.

PS : Sûrement me rendrais-je bientôt à Shoan. J'ai des achats à y faire pour poursuivre mes expériences.

Respectueusement,
Zärfell Eriawyn.

Il reposa la plume dans l'encrier et relut la lettre. L'encre semblait avoir déjà imbibé le papier, mais Zärfell lui laissa tout de même un temps pour sécher. Pendant ce temps, le jeune homme décida de dessiner un panorama du désert face à l'immense océan, tout cela avec une luminosité de lever de soleil. Il lui fallut plusieurs nuances de jaune, d'ocre et de rouge, mais aussi de bleu et de blanc, pour arriver au bon résultat. Satisfait du résultat, il roula le tout dans l'ordre : le dessin était à l'extérieur, posé sur la lettre qui protégeait le parchemin magnifique. Il ficela le tout délicatement, afin de ne rien abîmé, et le glissa dans le cylindre en bois assez fin, mais résistant. Le Sage Rouge y inscrivit l'adresse du Haut Général et partit sans attendre en ville pour l'expédier.

Une fois revenue, Harmattan l'attendait sagement, assis près de la cheminée. Elle s'exclama en le voyant refermer la porte :


- Ah Zärfell ! Désolé, comme tu dormais comme un bébé, j'ai pas voulu te réveiller. Du coup, j'ai été me faire une petite promenade matinale. Et toi, où étais-tu ?
- J'étais parti poster mon courrier pour le Haut Général Akane.
Ses oreilles se dressèrent sur sa tête. - Eh bien ! Encore une lettre d'amour je suppose...
Zärfell fronça les sourcils. - Arrête avec ça, tu veux ? On fait que discuter par lettre. Il vit le petit sourire en coin d'Harmattan. Bon, passons à autre chose, avant que tu ne dissertes là dessus ! Mission du jour : prévenir Dame Freyla qu'on a réussi a fabriquer le bâton et les premières expériences. Tu me suis ?
- Bien, ça me semble une bonne idée.
- Alors maintenant nous en route tout de suite pour le château.

Il s'empara de son bâton d'Alchimiste, prit sa besace et y rangea l'Epée parfaite et deux Potions de soin. Ainsi, il aurait déjà des preuves de sa réussite. Les deux amis quittèrent ensuite l'habita, Zärfell conservant le dernier coudée de Shoan au cas où il devrait faire une démonstration à résultat visible immédiat, car les potions de soin demander à être tester. Marchand d'un bon pas, il gagnait le château et surtout, le Donjon de la Reine.

[Sortie de Zärfell]

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mer 12 Nov - 21:23

[Arrivée de Zärfell]

~ La visite de Zärell à Shoan venait de s'achever après plusieurs jours de marche. Le jeune homme et Harmattan pénétrèrent dans la capitale d'Awarennor au petit matin, quand la rosée s'illumine sous les premiers rayons du soleil. Au Royaume aussi, l'hiver semblait s'installer et ce fut emmitouflés dans leurs doudounes que les amis passèrent la porte de l'Atelier. La douce chaleur des locaux les enveloppa aussitôt, le feu de la cheminée toujours là. Zärfell ôta tous ses vêtements chauds pour retrouver sa tenue bien cachée de Voyageur. Harmattan vola vivement jusqu'à son coussin pour dormir. Trop fatigué pour commencer quoi que ce soit, le Sage Rouge posa ses affaires et grimpa rejoindre son lit mezzanine. Une fois en haut, il s'affala sur celui-ci et ferma les yeux. La dernière rencontre avec Akane lui revint en tête, puis le noir prit le dessus.

A son réveil, la lumière extérieure était bien plus intense. Il se redressa, s'étira et se jeta à la fenêtre. D'après la luminosité et les gens dehors, ce devait être la fin de l'après-midi. *Eh ben, j'ai pas mal dormi moi... Faut que je me mette au boulot !* Sans prendre le temps, ni de faire son lit, ni de se coiffer, ni même de changer ses vêtements, le Vétéran bondit jusqu'en bas et attrapa une pomme dans laquelle il croqua. Pour l'instant, sa préoccupation était la suivante : parvenir à faire un Katana parfait.

L'Alchimiste déballa ses affaires, tandis que dehors, les bruits grondaient. Il disposa sur sa table d'expériences et recettes l'arme témoin et les deux sacs remplis de poudre de métal. Il sortit l'Epée parfaite et se remémora le mélange, très simple, à effectuer dans le chaudron. Il saisit son bâton d'Alchimie et attrapa les trois objets. Harmattan vint s'asseoir près du chaudron, impatiente :


- Alors, on voit si ça fonctionne ?
Il esquissa un sourire. - Oh oui, je meurs d'envie de savoir si ça marche ou non. Faudra noter tout ça dans le grimoire.

L'animal acquiesça, puis, le jeune homme déposa dans son chaudron le katana, avant d'y verser les deux poudres. A l'aide de son fidèle bois d'if, il touilla le tout. Comme toujours, Zärfell tressaillait d'impatience ! La magie, les sciences magiques... Tout cela avait de quoi le mettre en ébullition !

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Mer 12 Nov - 21:45

Une fois de plus, la magie de l'Alchimie s'opéra. Une fois placés dans le chaudron, celui-ci se mit à bouillir avant de voir sa couleur changeait et ses bulles commençaient à éclater. Une à une, elles éclataient dans des bruits sourds, avant qu'une épaisse fumée n'émane du récipient géant. Les poudres commencèrent à s'enrouler l'une autour de l'autre avant de disparaître totalement pendant que le katana disparaissait au fond du chaudron.

Puis, une bulle plus grosse que les autres éclata. De celle-ci jaillit un katana qui vola en cercle à travers toute la pièce et traversa même entièrement un tabouret qui traînait là, le coupant en deux net dans un son clair. La lame se planta dans le sol et le chaudron se calma.

Pas d'effet arc-en-ciel cette fois, mais le vent semblait lui même avoir peur de la lame qui trônait dans la pièce. Pire, il semblait que cette lame était à même de couper l'air qui glissait sur elle, comme l'on entendait constamment une note égale à celle que l'on obtient quand on frotte de l'eau sur du cristal.

La lame du katana était blanche argentée pure, et l'on pouvait se voir dedans. Sa poignée n'avait pas changée en elle-même, mais toutes les parties métalliques avaient gagnées une teinte dorée.


Zärfell +1 Katana parfait A A A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 473
X.P : 1417
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Jeu 13 Nov - 19:46

~ Au fur et à mesure que le Voyageur mélangeait, le chaudron grondait plus fort. Bientôt, alors que les trois matières disparurent et les bulles grossirent. Comme toujours, Harmattan fixait le phénomène, fascinée. Zärfell analysait la progression de l'expérience, espérant de tout son cœur que cela fonctionne. Brusquement, du chaudron jaillit l'arme, qui surprit les deux amis. Le nouveau katana vola à travers la pièce pour se planter dans le sol, tranchant un tabouret. Le jeune homme et la rinoral observèrent un instant l'arme en silence.

Puis, Zärfell sortit son bâton du chaudron, le posa à côté et s'approcha de ce qui semblait être un Katana parfait. Une note cristalline paraissait résonner dans les environs de la lame d'un blanc argenté sublime. De l'or scintillait sur le manche du katana. Le Vétéran de guerre posa sa main dessus et retira l'arme du sol pour la détailler et tester son poids, mais aussi un peu sa maniabilité. Harmattan s'approcha à son tour et renifla l'épée :


- Je crois... Qu'on a réussi Zärfell.
Il sourit. - Oui, le Katana parfait existe bel et bien.

Le duo se regarda, souriant. Aussitôt, l'habitant d'Erimos déposa la création sur la grande table des expériences et partit rapidement chercher son grimoire. Il y nota la date, le lieu et ses observations. Le jeune homme rédigea la recette, tout juste différente de celle de l'Epée parfaite laissée par Décartus. Il dessina, avec un crayon et des crayons de couleurs, une représentation du Katana parfait. Enfin, il se tourna vers Harmattan qui lut et analysa la création recopiée. Elle sourit et posa ses iris émeraude sur son ami :

- Super et le dessin, c'est exactement ça. Je persiste à croire que tu aurais dû faire artiste.
- Merci, je suis content que ça rende bien. Essayons dans les prochains jours de réfléchir à d'autres recettes possibles. S'inspirer de celles de base reste fondamental. On montrera tout cela à Dame Freyla ensuite. Puis, il posa son regard sur l'armure de la Reine, rangée et à l'abri de la poussière sous un grand drap blanc. Il faudra voir pour son armure après tout ça. Faut que je trouve un moyen de l'améliorer par le biais de l'Alchimie... J'avoue que pour l'instant, encore aucune idée de comment m'y prendre...
- Je sens que tu vas encore y laisser quelques cheveux.
Il rigola. - Ah ça, les risques du métier, mais j'ai une sacrée tignasse. Avant qu'elle ne disparaisse entièrement, faudra me faire grave suer et stresser.

Les fidèles camarades échangèrent à nouveau un regard, avant de se remettre au travail. Ainsi, plusieurs jours de travail et de recherches s'écoulèrent. Il fallait à tout prix trouver de nouvelles recettes, car l'Alchimie avait besoin d'avancer, même sous les gros flocons de l'hiver.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 349
X.P : 473
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   Sam 15 Nov - 10:30

Après des jours et des jours de recherches, il fallait hélas se rendre à l'évidence : il n'y avait pas plus que ces quelques recettes dans le carnet de Decartus. Il le concluait même avec les mots suivants :

Ces années de recherches ont épuisées ma vie. L'Alchimie est une science magique magnifique, aux possibilités aussi infinies que celles du destin. Riri 'Na et moi n'aurons jamais assez d'une vie pour en découvrir toutes les possibilités. Nous nous sommes rendus à l'évidence que l'avenir de cet art repose désormais dans les mains de sa jeune disciple, Lili 'Ca. Celle-ci commenceras avec les connaissances de sa professeur et son livre de recettes, qui contient toutes les recettes découvertes durant toutes ces années. Ce livre qui possède une propriété étonnante. Riri 'Na m'a dévoilée que son contenu ne se dévoilera qu'au fur-et-à-mesure des talents de sa disciple. Cette personne était définitivement quelqu'un d'aussi exceptionnelle que l'art qu'elle a maîtrisée.

Ces mots seront sûrement mes derniers. L'on parlera sûrement de moi et de Riri 'Na comme les parents de l'Alchimie. Cet art possède un grand pouvoir. Il ne doit pas tomber entre de mauvaises mains. Si je suis le père de cette science, c'est ce que je souhaite pour notre enfant. Et je suis sûre que Riri 'Na pensera la même chose.


Ainsi se terminait la copie du carnet de Décartus et de son histoire de l'Alchimie. Il fallait désormais comptait sur soi même pour expérimenter d'autres recettes ou bien retrouver le livre des recettes de Riri 'Na qui ne dévoilerait lui même que des recettes lorsqu'évoluera les compétences de l'Alchimiste qui le possède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la lueur des bougies   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la lueur des bougies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lueur d'espoir!
» [TUTO] Faire des bougies
» Michel Martelly: Une lueur d'espoir pour les déclassés
» les bougies
» Mes origines ménent à l'amitié ! [PV : Lueur d'Espoir, Patte Noire, Neige des Pics]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandore History :: Pandore :: Royaume d'Awarennor :: Château d'Awarennor :: Atelier Zärfell-
Sauter vers: