AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sous les flocons de neige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Sous les flocons de neige   Mer 5 Nov - 21:02

[Arrivée de Zärfell]

~ Son imposante écharpe bien enroulée, sans courant d'air, autour de son cou, le jeune homme marchait pour rejoindre la Place Centrale. Harmattan trottinait tranquillement, bien que ses petites pattes n'appréciaient pas trop le contact du sol hivernal. Zärfell voulait surtout voir si la fontaine centrale était gelée ou non, ou voir s'il n'y avait tout simplement plus d'eau. La rinoral déclara, heureuse d'être couverte d'une peau de mouton, tel un tapi accroché à son cou :

- Dit, c'est quand qu'on va chercher une auberge ? Car la nuit sera là dans quelques heures, n'oublie pas qu'elle tombe plus tôt durant la saison froide. Mais bon, il faut croire que l'habitude du désert persiste en nous...
- On ira bientôt, t'en fais pas, mais je veux d'abord voir la grande fontaine. Puis on a encore un peu de temps avant le coucher du soleil, alors profitons.
- Profitons !? De quoi, de se geler ? Navrée, mais moi j'aime pas le froid.
- Ben moi non plus, je déteste ça même... Bien que les paysages soient très jolis.

Il admira la douce tombée des flocons de neige virevoltant. Le katana lié à sa ceinture, le fourreau accueillait, sans le vouloir, une petite couche de ces étoiles neigeuses, tout comme l'épais manteau du jeune homme. Néanmoins, en dépit des couches de vêtements de Zärfell, celui-ci arrivait à avoir froid. Enfin, il arriva là où il voulait. Quelques enfants jouaient à la bataille de boules de neige, d'autres construisaient différents petits bonhommes de neige, avec le peu à leur disposition, du moins pour l'instant. Ce n'était que le début de cette saison blanche...

Le Voyageur s'avança jusqu'à la fontaine pour la découvrir. Harmattan n'osait s'asseoir par terre et préférait rester debout, quitte à sentir la bise glaciale congeler ses os. Le jeune homme l'entendit claquer des dents, alors qu'il admirait quelques sculptures de glace naturelles. Il tressaillit avant de se tourner vers son amie :


- Ah, j'aime pas te voir claquer des dents...
- Ouiii, maiiis... J.. Je peux pas faiire autreement, j'yyy peeux riiien.
- Attend, j'ai une idée.

Le jeune homme au teint halé leva ses yeux vers les cieux. Il se concentra un instant, puis une étrange brise tiède, sortie de nul part, souffla sur la demoiselle. Celle-ci s'exclama :

- Aah, un vent tiède ! Merci Zär'.
- De rien, y a qu'à demander. J'espère qu'ils ont du double vitrage dans les auberges...

Le vent continua de soupirer, réchauffant un peu les deux voyageurs des landes de sable.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 292
X.P : 414
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Jeu 6 Nov - 20:23

La neige était là, doux et froid manteau recouvrant de sa poudre les hommes et les arbres, les maisons et les animaux. Un temps froid, la buée ressortant des naseaux des chevaux et du souffle des cavaliers. À Shoan, l'hiver était rarement rigoureux, quelque fois glacial, mais en général, plutôt froid dans un bon sens. Ce n'était pas le moment que choisissaient en général les bandits, plutôt craintif du froid dans leurs vêtements légers et leurs chaussures silencieuses.

Alors, très souvent, c'est durant la saison froide que tombait le trimestre de permission des militaires de Shoan. Un soldat méritant l'avait à coup sûr, une nouvelle recrue un peu moins. Cela ne les empêchait pas de prendre le temps de se divertir lors d'une patrouille en ville.

Accompagnée de deux de ses gardes du corps, la jeune femme à la chevelure d'argent ne dérogeait en rien à ses principes et visitait toujours la cité en tenue militaire, même lors de sa période de repos. Elle aimait avoir à parcourir la grande rue de la Cité lorsque le soleil commençait à se lever, car sa lumière donnait un jeu de couleur qu'elle savait apprécié et utilisé dans ses poèmes et ses ouvrages.


Haut Général Akane, la Cité est calme. Souhaitez-vous réellement avoir à la parcourir dans le froid alors que peut vous attendre le confort de votre demeure ?
- L'hiver et le froid forgent l'esprit, soldat, vous devriez le savoir. Un bon soldat de Shoan doit être capable de marcher dans la neige avec le cœur suffisamment chaud pour ne pas en avoir à supporter les morsures.
- Certes Haut Général Akane, mais vous n'avez pas besoin de tester encore plus votre savoir et votre puissance.
- Nous ne sommes jamais sûrs de nos compétences que lorsque nous trouvons la mort, soldat. De plus, je souhaitez voir si je pouvais trouver quelqu'un.

Elle s'arrêta au détour de la fontaine, avant de se retourner vers les deux hommes qui la suivait qui devinrent immédiatement des statues.

Avons-nous des nouvelles sur cette Mage aux cheveux blancs ?
- Non. Elle a insultée trois gardes hier soir et à quitter la Cité passé le couvre-feu avec un panier de nourriture.
- Je vois. Cela ira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Jeu 6 Nov - 21:24

~ Lentement, les flocons semblaient grossir, en dépit de tomber toujours au même débit. Harmattan profitait pleinement de la magie de son ami, perdu dans sa contemplation de la place. Il s'arrêta quelques instants sur des enfants en train de s'amuser, des parents, bien couverts, surveillant leurs adorables énergumènes. Des commerces étaient ouverts et des toits s'échappaient des fumées de cheminées.

Le Sage Rouge ferma les yeux, se concentrant sur les bruits environnants. Il y avait bien entendu les rires aigus, quelques pas de cheval sur la neige, les discussions animées et le murmure du vent portant... Une voix que, parmi toutes, il reconnut. Aussitôt, ses yeux se rouvrirent et il chercha la source de ce timbre ancré dans son esprit. Ils cherchèrent frénétiquement dans le décor neigeux, entre les piles de bois et les façades de bâtiments. Le Vétéran se mit même à marcher quand, non loin, il identifia la jeune femme à qui la voix appartenait. Harmattan l'avait suivi et s'exclama :


- Oh, mais qui voilà ! Ne serait-ce pas, par hasard, le Haut Général Akane ?

Zärfell ne dit rien. Il se contenta d'observer cette demoiselle aux cheveux argentés qui ne l'avait pas repéré. Elle était dans sa tenue militaire, aux côtés de deux gaillards armés, sans aucun doute ses gardes du corps. La bise hivernal donnait à son teint un légèrement rosé et surtout, faisait, de temps à autres, danser ses cheveux lisses. Les siens, mal coiffés comme à son habitude, étaient vraiment grotesques à côté. Voyant que son ami ne réagissait pas, elle esquissa un bref sourire, puis le poussa doucement :

- Bah, qu'est-ce t'attends tombeur ? Le poisson va pas se pêcher tout seul !
- Rah, mais laisse-moi !
- Pourquoi ça ? T'arrête pas de la regarder depuis deux minutes ! Elle le taquina, une lueur dans les yeux. Ça veut forcément dire qu'il y a un truc.
- Non !
- Même pas un tout petit truc ?
- Non je te dis !
- Aller !

Elle le poussa plus fort, le forçant à bouger.

- Bouge-toi ! T'es pas curieux de savoir ce qu'elle pense de ton parchemin magnifique ?
- Mais laisse-moi !

Alors qu'ils se chamaillaient oralement, Harmattan continuait de contraindre son camarade à avancer, acharnée. Elle hésita même à le piquer avec sa corne, mais déjà, le duo s'était rapproché de la troupe. Ils en oublièrent le froid. Finalement, le jeune homme déclara :

- Bon, ça va ! On va aller lui dire bonjour.

Le Voyageur se retourna vers la femme, qui était légèrement dos à lui, et rougit un peu, avant d'oser avancer dans sa direction. Son bâton et son katana faisaient un peu de bruit à son arrivée, bien que d'habitude, le jeune homme était d'une grande discrétion. De sa voix assez aiguë, il déclara :

- Tient, bonjour Haut Généra Akane et euh... Bonjour soldats. Je savais pas que vous faisiez aussi des patrouilles sous ce froid.
Harmattan roula des yeux et murmura : - Purée, Zär', elle est pourrie ta phrase... Même une morue asphyxiée aurait su mieux faire !

Sans prêter attention à la remarque de son amie, il sourit et attendit de voir apparaître complètement le visage de la jeune femme, jetant un bref coup d’œil aux gardes qui se souvenaient peut-être de lui.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 292
X.P : 414
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Jeu 6 Nov - 22:44

Observant les alentours car toujours attentifs, les gardes ne manquèrent pas de remarquer le spectacle plutôt étrange qui se déroulait dans le dos de la Générale. Aussi, lorsqu'ils virent le jeune homme s'approcher, pousser par sa bestiole, ils se demandèrent comment agir face à ça. Finalement, quand ils l'entendirent parler, ils n'eurent tout simplement rien à dire, puisque l'officier suprême de l'Empire se retourna d'elle même en direction du jeune homme.

Vétéran Zärfell, quelle surprise. Je ne m'attendais pas à vous voir aussitôt lors de votre séjour dans notre bel Empire blanc.
- Le froid n'est pas un problème pour les soldats de l'Empire, étranger.
- Laissez soldat. Étranger, il n'en reste pas moins un Vétéran des Guerres Obscures. J'aimerais que vous l'appeliez par son titre le plus juste en ma présence. Il a combattu aux côtés de votre frère notamment.
- Mon frère est mort en défendant Pandore. Il a vaillamment combattu sur les murs d'Awarennor. Je saurais en être reconnaissant, Haut Général.
- Bien, voilà qui est mieux. Maintenant, laissez nous seul.
- Haut Général ?!
- Discuteriez-vous un ordre soldat ?
- Non, Haut Général.
- Nous sommes tous dans notre trimestre de repos. Vous devriez en faire de même. J'ai ouï dire que vos famille vous attendez. Je vous accorde votre journée, et votre prime de soldat sera comptabilisée tout de même.
- M... Merci Haut Général.

Les deux hommes saluèrent la jeune femme avant de s'en aller. Celle-ci revint alors vers le jeune homme, un sourire amicale sur les lèvres, avant de s'adonne à la plaisanterie.

Voilà qui sera mieux, vous n'aurez pas besoin d'envoyer mes hommes courir aux quatre coins de la Cité après un voleur invisible pour me voir en privée pour cette fois. J'ai reçue votre parchemin, issue de vos expériences. Magnifique. Je ne m'en suis pas encore servie, je souhaite le garder pour une œuvre mémorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Ven 7 Nov - 18:06

~ Zärfell étira un sourire quand la jeune femme se retourna instinctivement après sa déclaration. Il regarda aussitôt son teint pâle et surtout ses iris colorés, mais plus foncés que les siens. Elle fut probablement la première à utiliser le mot "Vétéran" devant son prénom et cela l'étonna un peu ; il n'avait pas l'habitude. Sa jolie voix semblait gaie et lumineuse et le jeune homme y retrouva cette douceur mêlée au ton un peu plus militaire. Il la fixa un instant, avant de regarder le garde repris par sa supérieure. Ils parlèrent du frère de celui-ci et des images du combat à Awarennor resurgirent dans la mémoire du Sage Rouge.

L'ordre soudain qui suivit ce court échange parut surprendre les deux soldats. Le Voyageur le fut aussi, mais plus légèrement. Il allait pouvoir rester seul avec elle ? Il avait du mal à y croire. Elle congédia ses deux gardes du corps, les libérant pour la journée. Ceux-ci s'inclinèrent avant de les laisser seuls, sous la neige. Zärfell les regarda s'éloigner, mais revint vite sur le Haut Général, qui l'observait amicalement. Le sourire du Vétéran se fit plus large et peut-être rougit-il un peu, un frisson, non de froid, le parcourant. Heureusement, son teint halé masquait cette brusque réaction et le froid restait l'excuse suprême. Il se sentait plus ou moins à l'aise tout d'un coup, ce qui n'était pas trop dans ses habitudes.

Harmattan ne dit rien et se contenta de rester en retrait. Même, elle s'écarta, afin de laisser le jeune homme se débrouiller tout seul, et vint s'asseoir à l'entrée d'un restaurant d'où s'échappait un petit courant d'air chaud et délicieux. Apparemment, le service du soir se préparait.

L'Alchimiste ne remarqua même pas la disparition de son amie velue et rigola doucement à la plaisanterie de la jeune femme. Oui, pas besoin de trouver une feinte cette fois-ci. Il fut heureux d'entendre de la bouche de la demoiselle que son parchemin lui plaisait. Il rougit de plus bel et passa une main dans son épaisse chevelure, simple tique qui revenait à certains moments :


- Je suis ravie que ce parchemin vous ait plu ! Je pourrai en créer d'autres, si vous souhaitez un jour produire dessus. Enfin, il me faudrait mon atelier pour cela, mais ce sera avec plaisir.

Il laissa s'écouler un court silence, mais reprit très vite :

- En tout cas, vos lettres m'ont fait très plaisir ! J'avoue que j'ai tendance à passer beaucoup de temps enfermé, sans regarder l'heure qui passe, tout le temps en train de lire des bouquins, du coup, ça me permet de faire une pause. Oh, j'ai d'ailleurs mis en pot votre branche de cerisier. Il faudra attendre le retour des beaux jours pour qu'elle reparte complètement, mais je suis optimiste à son sujet.

Il rigola doucement, repensant soudain au poème dont Akane lui avait parlé dans sa première lettre. Alors qu'il voulait l'interroger dessus, emporté dans son élan, une bise plus froide que les autres souleva de la neige et le fit tressaillir, voire claquer des dents.

- Brr, cet hiver ! Cela vous dérangerait-il que l'on marche un peu ? A rester statique, je crois que je vais vite finir en statue de glace. Hélas, je suis plutôt frileux...

Décidément, le Voyageur avait tellement de choses à lui dire, et en même temps, aucune idée de l'ordre dans lequel les placer, qu'au final il finissait par beaucoup parler, peut-être pour pas grand chose... En cet instant, Zärfell espérait juste faire bonne impression auprès de la jeune femme, ennuyé d'être aussi maladroit. Quoi qu'il en soit, le soir qui arrivait ou l'auberge à chercher étaient désormais loin dans l'esprit du jeune homme.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 292
X.P : 414
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Ven 7 Nov - 20:29

Il était à noter que la générale Akane était actuellement en uniforme militaire, autrement dit, sa résistance au froid ne faisait pas illusion. La jeune femme savait parfaitement contrôler la température de son corps et de son esprit pour résister au froid extrême de cette saison de neige. Visiblement, pas comme la personne qui était en face d'elle, et qui tremblait, prise par un frisson. La jeune femme sourit.

J'imagine bien que la saison froide de votre Empire doit vous changer des journées torrides du désert ou bien des heures prolongées dans votre Atelier près d'un bon feu. Soit, allons y pour une marche alors. Avez-vous déjà visitez les quartiers culturels de la Cité ?

Elle prit les devant et guida ainsi le Voyageur dans les ruelles qui menaient aux coins les plus merveilleux et magnifique de la Cité Impériale. Ici, au détour d'un couloir, l'on voyait des enfants en kimono d'hiver qui pratiquaient la cérémonie dites de l'hommage au froid, consistant à faire fondre de la neige dans un bol pour par la suite la relancer dans les airs afin que jamais l'hiver ne prenne la vie d'un membre de la famille. Là, une troupe de saltimbanque de l'hiver exerçant une quelconque danse mêlant habillement poudreuse et gestuelle du corps.

Finalement, après quelques instants de flâneries, les marches d'un temple se profilèrent, et les prêtresses ne manquèrent pas de saluer la Haut Général Akane, agréablement surprise de la voir dehors en cette période de l'année.


Comme vous le voyez, l'hiver n'empêche pas le peuple de Shoan de vivre. Disons qu'il le fait différemment. Certes, nous sommes bien loin de la période estivale, et de la célébration de la naissance de l'été ou bien encore des premiers printemps de nos cerisiers, mais le froid n'a peut-être pas sa place parmi nous.

Elle se tourna vers l'homme, continuant à marcher auprès du ruisseau gelé du temple.

Quand est-il d'Erimos ? Vous n'avez pas d'hiver dans le désert n'est-ce pas ? Comment vivez-vous ainsi au fil de votre unique saison ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Ven 7 Nov - 22:01

~ Zärfell sentait le Haut Général parfaitement à l'aise dans ce décor hivernal, comparé à lui qui, même couvert d'une épaisse écharpe, d'un chaud manteau, de gants et de bonnes chaussures, trouvait le moyen de frissonner de froid. Hélas, il n'avait pas de bonnet ! Sûrement aurait-il dû en acheter un, car une fois dans un espace plus chaleureux, la neige fondrait pour tremper sa soyeuse chevelure blanche. Il esquissa un sourire aux mots de la jeune femme, avant qu'elle ne prenne les devants de la promenade :

- Oh, j'ai déjà dû visiter ces quartiers, mais je dois pas m'en souvenir. J'étais encore gamin les quelques fois où ma tribu natale montait à la Cité Impériale. J'ai que quelques souvenirs des cérémonies et des kimonos... De la nourriture aussi.

Le duo se mit en marche, Harmattan désormais couchée devant le chaud établissement, déjà en train de somnoler paisiblement. Tandis que les clochettes de son bâton d'Alchimiste tentaient, le Vétéran admirait les ruelles dans lesquelles il pénétrait en compagnie de la demoiselle. Zärfell laissa ses yeux glisser de toit en toit et contempler la neige qui s'accumulait. Ses iris vinrent s'arrêter sur des jeunes en tenues traditionnelles d'hiver. Ils semblaient effectuer une cérémonie que le jeune homme tentait de se rappeler. Il l'admira un instant, sans pouvoir donner un nom à ces gestes. Au fond, il retenait rarement tout ce qui était lié à l'hiver, car il n'aimait pas trop cette saison pour son froid et sa dureté.

Zärfell soulevait de la neige avec ses chaussures fourrées, son katana à sa ceinture bougeant au rythme de ses déplacements. Il orienta son regard à sa gauche, alors qu'ils arrivaient près des temples. Ses iris détaillèrent brièvement le décor avant de s'arrêter sur la jeune femme en tenue militaire. Il contempla ce vêtement et pensa qu'il n'avait jamais vu le Haut Général qu'en uniforme officiel. Ce qui était normal. Les mots d'Akane lui firent quitter son visage pour les prêtresse, à qui il sourit légèrement.

L'Alchimiste l'écouta attentivement et détailla le temple en même temps. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas renouer un peu plus avec sa terre natale. Une petite pointe au cœur le pris. Peut-être devrait-il essayer de se souvenir un peu plus des traditions auxquelles, par le passé, il avait participé. Mais celles du désert s'étaient ancrées en lui bien plus facilement, l'endroit, les gens, la mentalité et l'ambiance largement plus adéquate à son caractère impulsif, rêveur et imprévisible.

Ses yeux coururent jusqu'à ceux de la jeune femme qui l'interrogeait sur Erimos. Le Voyageur balaya l'endroit des yeux, se remémorant ces landes, uniques, poétiques et ocres ; cet océan face à cette étendue ; la chaleur, si douce le matin et le soir, peinte de leurs légères différences ; ces musiques rythmées et colorées, jamais entendues ailleurs qu'au cœur du désert... Son sourire fut plus grand. Il aimait parler de ce lieu et de ses habitants.


- En effet, à Erimos, l'hiver n'existe pas. On connaît la notion de froid, car les nuits peuvent être glaciales, mais la neige et la glace, non. Avec une seule saison, on vit... Différemment. Notre quotidien est rythmé par la nature du désert et surtout, l'astre solaire. On se lève très tôt, avant le lever du soleil. On travaille jusqu'à onze heures à peu près, puis on ne fait plus rien jusqu'à trois ou quatre heures, car le soleil tape beaucoup trop fort. Là, c'est la pause : on fait une sieste, on joue de la musique, on lit des histoires, on fait des loisirs créatifs, du dessin, on parle de sujets philosophiques ou bien de tout et de rien.

Il sourit et rigola doucement, avant de lever un peu les yeux vers le ciel gris.

- Personnellement, j'aime bien varier mes activités. Mais souvent, j'aime sortir mon hamac, me mettre sous l'avancée de ma tente et écouter le son de mes cloches à vent, ou bien regarder un petit coin de ciel bleu, pour espérer vainement y voir un nuage ou alors, juste pour me vider la tête. Il marqua un petit silence. J'adore les cloches à vent, pour moi, c'est la parole du vent elle-même, retranscrite pour que tout le monde, même les êtres les plus avides et les plus horribles, puisse l'écouter. C'est... Une musique très diversifiée, autant que tous les styles musicaux réunis. Mais les gens ignorent cette richesse. Elle est si subtile qu'il faut réellement faire le vide et être d'une grande sensibilité pour pouvoir l'entendre pleinement. Elle n'est saisissable que pendant quelques instants, qui sont comme à l'écart du temps.

Il se rendait bien compte qu'il partait loin, mais le désert était plus une toile, une poésie, qu'une région à proprement parlé.

- Alors imaginez ces sons mélangés à la torpeur, la plénitude et la beauté des landes infinies de sable, doucement caressées par le souffle des airs. Là, on comprend que la nature offre des tableaux qu'aucun autre art ne peut vraiment représenter. C'est... Dans l'instant. Et c'est lui qui vous saisi, pas vous qui le saisissait.

Des saisons, voilà qu'il parlait d'émotions et de sentiments. Sur son petit nuage de sable, il revint lentement sur terre.

- Enfin, je pars un peu loin, mais voilà, le désert, chacun est libre de le voir et de l'admirer comme il veut. Le désert n'est à personne et à tout le monde en même temps. Zärfell regarda Akane, avant de rire, un peu gêné. Désolé, vous vouliez sûrement juste savoir la différence de saison entre ici et Erimos et voilà que je vous parle cloche à vent ! Il rougit. Ça ne vous ennuie pas, au moins ? Faut m'excusez, le gamin que je suis pars souvent loin dans ses descriptions...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 292
X.P : 414
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Sam 8 Nov - 20:54

Écoutant tout ce que lui disait l'homme, la femme se permit un petit rire en posant un index replié sur ses lèvres délicates. Suite à sa remarque, elle comprenait parfaitement ce qu'il disait.

Effectivement, vous n'êtes pas homme avec qui avoir une conversation. Vous parlez beaucoup et devancez toutes les questions de vos interlocuteurs. Cela ne doit pas être simple tous les jours pour ceux qui vous écoute. Cependant, cela ne me dérange pas je dois dire.

Elle attrapa dans le creux de sa main un flocon de neige qui tombait doucement vers le sol. Comme si sa main était aussi froide que la neige, celui ne fondit pas. Elle fit ensuite pivoter son poignée, et le flocon rejoignit les siens sur le sol.

Mais si vous appréciez autant les cloches à vents, alors je vous en ferais parvenir une pour la période des vœux. C'est une tradition de Shoan que vous connaissez peut-être, nous écrivons un souhait sur un parchemin et nous le suspendons à une cloche à vent. C'est ainsi qu'il se réalise.

Se retournant vers le jeune homme, elle le regarda franchement, les yeux dans les yeux, avec un sourire réconfortant et doux. Cela contrastait un peu avec son visage, d'habitude si strict et déterminé.

J'en ai trois d'accrochées à mon cerisier. Le son qu'elles réalisent quand le vent vient souffler dans ses branches et très reposant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Sam 8 Nov - 22:42

~ Zärfell ne sut pas trop comment réagir à la remarque de la jeune femme, bien que son rire lui arracha un discret sourire. Il la regarda, s'en voulant intérieurement d'avoir autant parlé. Purée, il devait passer pour un imbécile ! Le jeune homme ne savait pas où regarder, gêné par sa maladresse. Alors, il posa ses yeux sur le sol neigeux un moment, avant de revenir lentement sur le flocon qu'attrapait Akane dans sa main. Tout d'un coup bien silencieux, le Sage Rouge l'écouta attentivement, fixant cette étoile qui ne voulait pas fondre. Il se dit que, dans la sienne, ce bout neigeux aurait tout de suite retrouver son état liquide. Finalement, le flocon finit par rejoindre ses semblables, quittant la belle main du Haut Général.

Une cloche à vent pour un vœu... Cela lui rappelait en effet quelque chose. Sûrement avait-il, enfant, écrit quelques souhaits. Il laissa les iris d'Akane glisser vers les siennes. Il y vit, pour la première fois, aucune lueur disciplinée ou militaire ; c'était seulement un regard agréable et chaleureux. Ils étaient face à face, près d'un ruisseau gelé, presque à l'écart de tout Shoan. Il savoura l'instant, car une fois les gardes du corps revenus, les formalités et l'uniforme referaient surface. Mais pour le moment, Akane lui souriait naturellement, comme si son autorité habituelle s'était volatilisée d'un coup. Elle ressemblait, à ce moment-là, bien plus à la jeune femme qu'elle était dans toute sa simplicité et sa beauté qu'au Haut Général en Chef qui guidait l'une des plus puissantes armées du monde, pour ne pas dire la plus puissante.

Le Voyageur ne décrocha pas son regard de la demoiselle, mais pensa à ces kimonos d'hiver, qu'elle aurait pu porter. Mais tout comme lui, elle avait choisi une voie particulière. Une voie qui comportait des risques. Finalement, que lui répondre ? Il lui sourit et déclara :


- Je crois que je n'aurais qu'un seul souhait à écrire sur cette cloche à vent.

Une brise souffla, plus ou moins le fruit de sa magie, pour faire danser quelques flocons. Le froid avait disparu en lui, car il n'était focalisé que sur Akane, ses yeux dans lesquels il semblait chercher une réponse, un signe. Puis il observa son visage, dont la blancheur semblait d'un albâtre parfait face à son teint. Le Vétéran ne savait pas quoi rajouter et pourtant, il aurait bien voulu rester là un long moment... Le plus long possible.

Finalement, il tenta un truc débile, mais qui résumerait certainement tout en un seul geste. Il se pencha vers elle et sentit le souffle d'Akane sur son visage. Il vint chercher le contact de ses lèvres, n'ayant aucune idée de sa réaction. Peut-être cela allait-il lui coûter très cher, davantage si une prêtresse décidait de passer par-là pour rejoindre le temple...

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 292
X.P : 414
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Dim 9 Nov - 14:04

L'ambiance était très particulière et spécialise sous ces cerisiers fragilisés par le froid et recouvert d'une fine couche de neige. Impossible de savoir si c'était le froid qui touchait les cœurs ou si c'était la douce chaleur du contact humain. La question pouvait également se poser pour elle, le cœur même de l'Armée Impériale de Shoan. Ce baiser était le premier de sa vie. Ce baiser qu'elle n'avait même pas pût prévoir. Ce baiser qui lui fut voler.

Dans un premier instant, son réflexe allait bien être de levait la main et de giflait le responsable, avant de lui exécuter une clé de bras et de l'emmenait illico-presto au cachot. C'est ce qu'elle aurait fait avec n'importe qui d'autre, mais curieusement, pas avec lui. Sa main resta là où elle était, auprès de son cœur, et ses yeux se fermèrent pour se joindre à ce premier baiser voler.

Mais les plus beaux instants ont toujours une fin, et elle dût se retirer. La deuxième personne la plus importante de Shoan ne pouvait se permettre d'être surprise ainsi en plein public. Elle se recula légèrement, les joues devenue plus roses par la scène qui venait de se dérouler. Elle ne savait pas trop quoi dire, mais sa main remonta à moitié repliée à hauteur de son menton. Le regard fuyant, elle s'était légèrement éloignée de lui. Qu'est-ce que cela voulait dire ? La sensation dans sa poitrine, mais en même temps, l'envie de fuir.

Finalement, la Haut Générale Akane parvint à prendre la parole.


Je... euh... désolée, je dois y aller...

Elle commença à faire demi-tour, mais s'arrêta, avant de revenir poser ses yeux dans ceux de Zärfell. Elle resta ainsi, à le regarder un petit instant qui semblait sûrement duré une éternité. Regardant à nouveau devant elle, elle s'élança définitivement.

Je vous écrirais.

Puis elle s'en alla, non sans courir, mais le pas légèrement pressé. Quelle idiote elle était !!!

Un oiseau vint se poser sur le cerisier juste à côté de Zärfell. Comme pour lui dire ne pas perdre espoir, il chanta avant de se laver les plumes et de venir se poser devant lui, juste dans une des traces de la jeune femme. Puis l'oiseau pencha la tête sur le côté, le regarda, battit des ailes avant de s'envoler à nouveau, rejoint par une autre des ses semblables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   Dim 9 Nov - 20:47

~ Zärfell ferma à son tour les yeux. Cette rencontre ne dura probablement que quelques secondes, mais tout sembla loin pendant ce court instant. Il ne songea plus rien, pas même au froid qui le faisait par moment grelotter. Ce n'était pas la première femme qu'il embrassait, mais ce baiser avait quelque chose de plus... Quelque chose que le jeune homme n'aurait su décrire avec exactitude. C'était comme un instant en suspend...

Finalement, il sentit Akane reculer et rompre cette rencontre. Il rouvrit aussitôt les yeux pour de nouveau admirer son visage pâle, mais teinté d'une pointe de rose, et esquisser un léger sourire gêné, car sûrement lui aussi devait-il rougir un peu. Il ne se doutait même pas qu'il observait certainement une réaction chez la jeune femme que peu avait dû voir. Le Voyageur chercha son regard, mais le Haut Général semblait fuir ce contact visuel. Elle devait vivre une situation que jamais elle n'aurait cru possible, ou alors elle l'aurait anticipé. Mais non, c'était le Vétéran qui l'avait plus ou moins déclenché, sans crier garde. Il continua de la fixer avec douceur. Elle ne l'avait ni repoussé, ni maîtrisé au sol avec sa force de militaire, cela voulait-il dire... Qu'Harmattan avait raison ?

A cette idée, une sensation étrange le parcourut. Etait-ce cela, ce qu'on appelait l'amour ? C'était étrange... Akane devança le jeune homme, qui tressaillit légèrement quand la seconde de l'Empereur arriva à reprendre la parole de sa voix légèrement tremblante. Puis, elle se retourna et avança. Zärfell voulut la retenir et, qui sait, l'enlacer pour lui demander de rester encore un peu, mais la jeune femme s'arrêta et se tourna à nouveau vers lui. Immobile, le puissant Mage parvint enfin à croiser son regard, cela pendant un instant, court et long à la fois. Il comprenait sa gêne, après tout, elle était Haut Général de l'Armée Impériale. Etre surprise dans les circonstances actuelles était tout, sauf militaire.

Elle lui annonça juste trois mots, trois mots qui voulaient tout dire, sans lui laisser le temps de rajouter quoi que ce soit avant de s'éclipser sur un pas pressé. Zärfell resta là, bras ballants, à voir partir celle pour qui son cœur semblait avoir chaviré. Maintenant, que penser, que dire et que faire ? ... Il sentit une présence près de lui et tourna sa tête pour découvrir un oiseau posé sur branche. Ce dernier lui adressa quelques mots d'espérance chantonnés. Puis, le volatile vola jusqu'à une emprunte d'Akane dans la neige. Zärfell sourit quand l'oiseau et lui se regardèrent. L'aimait-elle aussi ? Enfin, l'oiseau s'envola aux côtés d'un autre ailé.

Le jeune homme resta ici un instant, à fixer le ciel d'hiver, les flocons légers, les arbres gelés, le parterre couvert de neige. Encore une fois, il avait trouvé cette rencontre trop courte, mais il ne put s'empêcher de sourire, une étrange gaieté en lui. Il essaya de se remémorer la scène, puis finalement, il décida de rejoindre la rinoral. Sur le chemin, il songea à la jeune femme. Que pouvait-elle bien penser en ce moment ? Voudrait-elle le revoir ? Le Vétéran repassa devant la cérémonie de l'hiver et soupira, ses iris verts portés vers les nuages et son esprit perdu dans ces moutons célestes. Akane...

Il arriva rapidement auprès d'Harmattan, qui dressait aussitôt les oreilles quand son camarade revint. Energique, elle se leva d'un bond et remua la queue. Zärfell, étrangement calme, déclara :


- Bien, on va chercher une auberge ?

La rinoral fut étonnée et manifesta cette surprise :

- Ben attend, et ta discussion avec Akane alors, c'était comment ?

Il resta dans son impassibilité sereine et mystérieuse :

- Je te raconterai une fois à l'auberge si tu y tiens tant. En route.

L'Alchimiste tourna les talons, pour qu'Harmattan n'ait aucune seconde pour répliquer. Elle fixa un instant le Sylphe qui descendait la rue en quête d'un lieu pour passer la nuit. Elle se mit en marche pour rejoindre son ami et fronça les sourcils. Harmattan était persuadée que quelque chose d'important venait de se passer ! Un tournant dans la vie du Mage de Vent ?

[Sortie de Zärfell]

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous les flocons de neige   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous les flocons de neige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un baptême sous les flocons. |Libre à tous les membres du Clan de l'Ombre |
» Quelques flocons de neige | Roxanne
» petite photo : périgueux sous la neige
» La neige, les flocons, sont les papillons de la saison (PV Mikii)
» Brasparts sous la neige

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandore History :: Pandore :: Empire de Shoan :: Cité Impériale de Shoan :: Place Centrale-
Sauter vers: