AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Chevalière de Pandore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: La Chevalière de Pandore   Dim 16 Fév - 20:59

[Arrivée de Freyla]

Le vent fouettait contre son visage alors que plus bas, les vastes prairies d'Awarennor ne ressemblaient qu'à un océan vert. Les nuages étaient pour elle des masses cotonneuses légèrement humide qu'elle traversait sans peine. Sa robe claquait au vent pendant que son cheval ailé battait des ailes pour traverser le ciel. Fermement cramponnée à sa crinière, son équipement attachait à elle se laisser porter au vent comme elle volait à travers l'azur. Elle baissa ses yeux azurs vers le monde sous elle. Un nuage de poussière soulevait par un groupe de Chevaliers se dirigeait vers l'Ouest. Et lorsqu'elle leva son regard en cette direction, elle aperçut leur destination. Et la sienne. Claquant la langue, son pégase prit de la hauteur dans un hennissement avant d’accélérer en direction de l'imposant château d'Awarennor.

Les maître ingénieurs travaillaient encore à la reconstruction des murailles les plus amochées, mais la cité royale était presque effacée des traces de la bataille qu'elle avait subit. Entamant une descente en spirale, le cheval aux ailes blanches finit par raser les toits des maisons alors même que les quelques Chevaliers qu'elle suivait du ciel arrivaient devant les portes de la ville. Ils franchirent les portes de la ville, et elle de son côté, atterrit au milieu de la place centrale, non loin de la fontaine. Évidemment, une telle arrivée ne manqua pas d'attirer l'attention. Regardant autour d'elle, elle finit par poser pied à terre. Elle s'approcha de son pégase et lui caressa le crâne. Puis finalement, le groupe de Chevalier finit par la rejoindre. Celui qui semblait être le chef mit pied à terre, et ses camarades suivirent. Puis finalement, il s'avança vers elle avant de la saluer.


Merci de nous avoir accompagnée Dame Freyla. C'eut été une patrouille difficile si vous n'aviez pas été là.
- Tout le plaisir m'en revient Sieur de la Guinotière. Les environs sont devenus plus dangereux depuis que les troupes des Forces Obscures ont été vaincues.
- Je dois avouer déplorer la tristesse de ne pas avoir vus votre lame à l’œuvre.

Le Chevalier désignait la magnifique lame à la garde dorée qui était fichée dans le fourreau aux couleurs d'Awarennor attachée à la taille de la femme en robe bleue. Celle-ci ferma les yeux avant de porter la main à la poignée bleu de son épée.

- Cette lame n'en serait pas au premier sang des ennemis d'Awarennor versé, mais sa pureté se doit d'être préserver de la vie de quelques hommes-lézards de temps à autres.
- Je dois avouer aussi déplorer que votre père ait refusé l'offre du Haut Ministre Morlo. Il aurait été un excellent roi à la place de notre défunt seigneur.
- Les Pastalia servent la couronne et uniquement la couronne depuis des générations. Rien d'étonnant à ce que mon père refuse de prendre la direction de celle qu'il défend avec tant de cœur.
- Vous même n'envisageriez-vous pas...
- Avec tout le respect que j'ai pour vous Sieur de la Guinotière, vous connaissez parfaitement mon point de vue à cet égard. Je n'ai ni l'envie de prendre la direction du Royaume, ni l'envie de me marier pour assurer une descendance aux Pastalia.
- Votre père trouverait cela égoïste.
- Cela l'est peut être, mais je suis encore libre de choisir la manière dont je veux vivre. Et elle est aux côtés de mon père pour défendre Awarennor et Pandore.
- Certes, certes.

Le Chevalier fit signe à ses camarades de rejoindre la caserne, avant de suivre Freyla, qui commençait à avancer dans la place pour se rapprocher de la fontaine.

- Je dois vous confier cependant que je m'inquiète pour l'avenir d'Awarennor, Dame Freyla. Le Haut Ministre Morlo désire déclarer la guerre aux habitants du déserts pour ne pas avoir soutenus l'armée de la Grande Alliance lors de la guerre à Érimos. Sans parler de l'Inquisition qui dépêche nombres d'Inquisiteurs en nos murs. Cette rumeur sur son retour est donc vraie ?

Freyla s'arrêta un instant et se remémora. Elle se remémora son affrontement apocalyptique à ses côtés pendant que son Royaume bien aimé était en situation de danger. Elle se remémora son regard hypnotisant et sa détermination. Elle se remémora ses dernières paroles à son égard. Et elle se remémora la dernière vision qu'elle eut d'elle avant qu'elle ne doive la quitter. Puis elle évacua ces pensées et reprit sa marche.

- Seule la Divinité le sait, Sieur de la Guinotière. Elle a été enfermée une première fois, elle le sera peut être une deuxième. Mais je ne pense pas qu'elle s'en prendrait à Awarennor en premier lieu. Pour l'heure... Nous devons nous assurer que le Royaume se relèvera de cette crise qui menace de le frapper. Le Haut Ministre Morlo était un homme de confiance de notre défunt souverain, et ni l'Inquisition ni Ciiti ne le laisserons déclarer aussi aisément une guerre contre les Voyageurs. Quant à elle... Je ne peux vous promettre qu'elle ne serait revenir à nouveau sur Pandore.
- Vous même doutez donc de ses intentions ?
- Je ne doute pas, Sieur de la Guinotière. Je suppose.
- Qu'allez-vous faire maintenant ?
- Ce que je fais ne concerne que moi, Sieur de la Guinotière.
- Veuillez me pardonner mon indélicatesse, j'oubliais.

Et le Chevalier sourit alors même que Freyla s'assit tranquillement sur un banc en pierre. Après quoi, l'homme fit une révérence avant de s'en retourner à son cheval. Il se retourna une dernière fois et salua la Chevalière de Pandore.

- Que la Divinité veille sur vous, Dame Freyla. Sâa.
- Que la Divinité veille sur vous, Sieur de la Guinotière. Sâa.

Et l'homme s'en alla. Restée là, Freyla se reposa de cette patrouille, son pégase à ses côtés. Elle devrait vite s'en aller, être ici n'était jamais gage de calme, surtout pour elle. Lorsqu'elle vit le Chevalier partir au galop, elle monta sur Pegasos et claqua la langue. Après un hennissement et un battement d'aile, le Pégases s'envola.

[Départ de Freyla]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
 
La Chevalière de Pandore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lucille, la chevalière argentée
» L'épée et la chevalière
» La boîte de Pandore
» Quand Pandore fait sa râleuse...
» La boîte de Pandore - Link's

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandore History :: Pandore :: Royaume d'Awarennor :: Château d'Awarennor :: Place Centrale-
Sauter vers: