AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Destinée, au coin du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Destinée, au coin du feu   Dim 20 Mar - 20:44

[Arrivée de Zärfell]

~ Le jeune homme usa de sa magie sur la pyramide de bois au foyer rougeoyant. Après un long souffle de sa part, de belles flammes naquirent et crépitèrent dans de petits éclats de braise. Le Sylphe se rassit et déballa une partie de ses affaires. Il prit un torchon et le défit, le posant entre lui et Sakuya. Dessus, des baies et des pommes. Puis, Zärfell prit des poissons péchés un peu plus tôt dans la journée et les prépara à l'aide de son athamé. De son côté, Harmattan ramena trois bouts de bois à Sakuya et la regarda avec insistance. Zärfell l'observa et rit légèrement :

- Maintenant que le feu est opérationnel, je pense qu'elle veut que tu tailles les bâtons en pointe pour les poissons.

La rinoral frémit des oreilles et acquiesça. Elle partit se rouler en boule auprès du Mage, se collant à lui pour se réchauffer. Elle gardait sa truffe et son ouïe affûtée en alerte pour prévenir d'un danger. Au-dessus de leurs têtes, les étoiles commençaient à apparaître doucement. La pâleur du couchant s'effaçait au même rythme que l'envolée de la lune vers les hauteurs du ciel. Tandis qu'il entamait la dernière phase de sa cuisine, le jeune homme décida de converser un peu :

- Dis Sakuya, tu as dit que tu n'étais jamais allée au désert, mais que tu avais déjà croisé des Voyageurs. Il releva le regard vers elle. Tu les as rencontré à quelle occasion ?

Il était toujours curieux de savoir qui étaient ces quelques autres de ses semblables parcourant Erimos. Le Sage Rouge avait déjà une petite idée en tête, à savoir quoi de mieux qu'un Assassin venu du désert pour des contrats intéressants. Il termina la préparation et se lava les mains avec l'eau ramené de la petite rivière non loin de leur campement rudimentaire. Attentif, Zärfell attendit aussi les bâtons taillés afin de pouvoir lancer la cuisson de leur dîner.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Saigyouji Sakuya



Messages : 75
X.P : 100
Date d'inscription : 14/02/2014

Feuille de personnage
P.V:
25/25  (25/25)
Équipement:
Niveau: 11

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Dim 20 Mar - 21:03

[Arrivée de Sakuya]

Le chemin avait été ponctué d'haltes comme celle de ce soir. Assise sur un rocher qui traînait par là, la jeune fille laissait les manches de son kimono pendre sur le côté tout en observant la magie du jeune homme opérer pour donner naissance au feu de camp. Toujours quelque chose de pratique pour éloigner les animaux sauvages ou se repérer dans le noir. Le repas se déballa devant elle avant que l'animal orange du Sage Rouge ne pose des brindilles près d'elle. Elle la regarda curieuse, avant d'entendre les explications du jeune homme. Alors la jeune fille sourit doucement avant de dégainer son épée et de la poser à plat sur ses jambes. Elle prit les brindilles et dans un geste ancestrale de l'Empire, réalisa l'opération visant à aiguiser les bouts de vois. Jadis, cela était réservé pour les pointes de flèches. Ainsi, elle glisser le bout des brindilles sur sa lame pour les affûter. On pourrait crever un œil avec ça.

Puis ce fut l'odeur du poisson cuit et le crépitement du feu sur sa chair après qu'elle eut distribuée les brochettes. Elle regardait la chose, plutôt habituée au poisson crû de son côté. Mais elle allait goûter. Elle porta la chair à ses lèvres. C'était autre chose. Ça crépitait et ça fondait dans le bouche comme si c'était du pain. Elle n'en mangerait qu'un ou deux pour la bonne image. Puis elle accompagna le tout des baies et des pommes. C'est là que le jeune homme l'interrogea sur son passé. Sakuya marqua un silence le temps d'observer le feu. Ce n'était pas toujours simple d'évoquer ces termes avec un étranger. D'ailleurs, elle ne l'avait jamais fait auparavant. Elle laissa le morceau de sa pomme au bout de sa brochette caramélisé naturellement, avant de répondre.


J'en ai rencontré huit. Trois avaient un contrat sur leur tête. Le troisième volait un marchand de Shoan. La quatrième avait essayé d'assassiner un officier de l'Empire. Le cinquième et le sixième étaient des frères, ils enlevaient des enfants pour en faire des esclaves. Le septième... Elle marqua un nouveau silence. Le septième était au mauvais endroit au mauvais moment. Et le huitième avait essayé de me tuer.

Elle mangea son morceau de pomme et jeta son bout de bois dans le feu.

Ce ne sont plus des problèmes maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Lun 21 Mar - 21:34

~ Le Sage Rouge mit les poissons à rôtir et ils passèrent rapidement à table. Harmattan dégusta avec appétit son repas, tandis que le jeune homme écoutait la réponse de son amie. Ainsi, elle avait rencontré presque une dizaine de Voyageurs, ce qui n'était pas rien ! Il releva légèrement un sourcil quand il apprit que l'un des siens avaient tenté de tuer un officier de Shoan. Il se crispa un peu à la mention des frangins esclavagistes. Mais c'était ainsi.

Il dévora une partit de son poisson bien grillé et ouït la dernière réflexion de Sakuya. En effet, s'ils étaient tous morts aujourd'hui, aucun risque de les croiser à nouveau, si ce n'était qu'en tant que vagues esprits errant sur les dunes du désert. Il termina sa viande avant d'imiter son amie et de jeter le bois aux flammes. La rinoral se mit à renifler l'herbe pour chercher les meilleurs brins à croquer, tandis que le Sylphe levait la voix pour répondre :


- Tu en as rencontré pas mal en tout cas. Il est vrai qu'à part des Voyageurs-assassins, peu d'entre eux sillonnent Pandore. Il contempla quelques secondes le feu en silence. Je suppose donc que je suis le premier Voyageur non-assassin que tu croises, me tromperais-je ?

Il se tourna vers elle et poursuivit :

- Pas trop étonnée ? J'ai des choses en commun avec ceux que tu as rencontré par le passé ?

Que pouvait-il bien avoir, de toute manière, en lien avec ces Voyageurs, hormis ses vêtements ? Pas grand chose selon lui. Peut-être cette manie à se dessiner des tatouages éphémères, qu'il aimait changer en suivant ses propres modalités et envies. La rinoral revint s'asseoir auprès du Vétéran de guerre et, la bouche pleine d'une herbe bien grasse, scruta les étoiles qui, désormais, constellaient tout le ciel obscurcie.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Saigyouji Sakuya



Messages : 75
X.P : 100
Date d'inscription : 14/02/2014

Feuille de personnage
P.V:
25/25  (25/25)
Équipement:
Niveau: 11

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Lun 21 Mar - 22:32

C'était peut-être une des seules fois où elle parlerait de son passé aussi ouvertement. C'était toujours quelque chose qu'elle n'appréciait pas. Le fait que le Voyageur en face d'elle assumait le côté obscure des gens de son peuple l'étonna quelque peu, elle qui s'attendait à l'avoir, d'une manière ou d'une autre, plus ou moins blessé. Mais visiblement, il n'en était rien. Alors elle le laissa répondre avant de relever les yeux vers lui. Elle le regarda comme hypnotisée par ces paroles. Elle n'y avait jamais réellement réfléchit. Mais ce qui pouvait être sûr, c'est qu'il n'était pas le premier Voyageur non-assassin qu'elle croisait. Elle allait revenir dessus une dernière fois.

Non, vous n'êtes pas le premier.

Elle regarda encore le feu avant de se lever et de se rapprocher un peu, pour se réchauffer. Et peut-être faire brûler le souvenir de ce jour tragique. Elle essayait du moins, mais elle n'y arrivait jamais. C'était plus qu'elle ne pouvait supporter. Mais que pouvait-elle faire d'autres ?

Puis il l'interrogea sur les choses en commun sur ceux qu'elle avait déjà croisé. Encore une fois, un silence. Elle restait quelqu'un de peu bavarde. Après s'être un peu réchauffée et prit le temps de réfléchir, elle revint vers lui avec un sourire presque serein, comme si répondre lui faisait plaisir.


Pas grand chose. L'accent du désert peut-être ?

Il était tout à fait différent en réalité, ça elle en était persuadée. Tout jusqu'au plus profond de lui n'avait sûrement rien à voir avec les habitants du désert. Pas même son sang ne devait avoir le même goût.

Dans le ciel, la lune traversait silencieusement sa course, au stade de son dernier croissant. Les nuits sans lune étaient ses nuits préférées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mar 22 Mar - 13:46

[Entrée de Freyla]

La nuit était toujours un instant propices aux attaques d'Hommes-Lézards et, bien la fatigue, elle se donnait toujours pour principe de patrouiller ne serait-ce qu'une partie de la nuit afin de s'assurer que quelques voyageurs de la nuit ou campeurs nocturnes ne soient pas mis en danger. Les patrouilles de Chevaliers étaient encore moins présente quand la nuit était installée, alors elle les remplaçait, en quelque sorte. Du côté de son pégase, ces animaux semblaient ne jamais connaître l'épuisement ou le sommeil. Le fait qu'ils dormaient debout était peut-être une de ces raisons, mais elle n'avait jamais vu Pegasõs sommeillait. Si elle avait un doute, il ne tardait pas à hennir et cela rassurait en quelque sorte la cavalière qui lui donnait alors une accolade amicale pour lui dire que tout allait bien. Ainsi était ce petit rituel entre la monture et la chevaucheuse.

Soudainement, plus bas, une lumière qui indiquait à coup sûr un feu de camp. Freyla posa son regard sur cet endroit pour essayer de repérer un quelconque danger. Ne serait-ce que l'emplacement, s'il était éloigné des chemins, proche des bosquets, à proximité d'un village ou au contraire plus loin, tant de facteurs qui pouvaient influencer la probabilité d'une attaque. L'erreur classique était de choisir un endroit au hasard au grès de la route et de posait ses tentes en pensant que le couvert de la nuit éloignerait les assaillants. Erreur à ne surtout pas reproduire.

Elle allait donc procéder à une petite prévention pour tenir informé ces voyageurs des éventuels dangers et qu'ils devaient être prudent. Après avoir fait signe à son animal d'amorcer la descente, ce dernier valida l'ordre de sa maîtresse et s'élança pour perdre de l'altitude afin de se rapprocher doucement du sol. La Paladin laissa au pégase le soin d'effectuer cette manœuvre aérienne, distinguant de plus en plus les silhouettes du sol et des ombres nocturnes, avant de reconnaître une forme masculine, une autre féminine et une dernière animale. Quand elle se rapprocha encore assez, une sensation de déjà vue l'envahit.


Ne me dites pas que...

Elle toucha le sol juste à côté du feu et le Pégase ne manqua pas de faire remarquer sa présence, déjà sûrement très remarquée, en écartant ses ailes en grands. Toujours sur le dos de sa monture, la Chevalière de Pandore reconnut ainsi instantanément le duo et les salua avec respect.

Bonsoir à vous Mage Zärfell, Guerrière Sakuya... Vous êtes de passage dans le Royaume ?

Elle se doutait bien qu'aux vues de l'emplacement et de la condition de cette rencontre, le jeune homme n'avait pas décidé d'installer un village à cet endroit. Sûrement partait-il encore quelque part à la recherche d'un quelconque ingrédient pour ses expériences alchimiques.

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mar 22 Mar - 20:27

~ Apparemment, ses mots semblèrent travailler son amie. Il n'était donc pas le premier Voyageur pacifique qu'elle rencontrait ? Cela l'étonna un peu, et il dût se l'avouer. Il vit la jeune femme s'avancer près des flammes et se taire subitement. Zärfell conserva le silence, lui-même se murant dans une introspection, qui résonnait comme une sorte de bilan. Il pensa à Akane, à sa famille, au désert, à Gandur, à la magie, à l'alchimie et tout ce qui lui tenait de loin ou de près à cœur. Il leva les yeux et inspecta méticuleusement les étoiles. En elles, rien de terrible. Pas d'orage nocturne à l'horizon. Le Sylphe identifia le chemin qu'ils devaient suivre en suivant les guides scintillants du regard. Puis, il sentit Sakuya bouger et redescendit sur terre pour l'observer et écouter sa réponse.

Il répondit à son sourire par un autre et rit un peu quand elle lui répondit. Son accent ne devait pas être très prononcé s'il en avait un. A vrai dire, à force de parcourir Pandore, on finissait par ne plus en avoir. On entendait tous les diphtongues, toutes les consonances des langues et au final, on les connaissait sans pour autant en employer aucune. L'accent qu'il devait avoir le plus ancré en lui restait bel et bien celui des Grand'Mages, mais sûrement celui d'Erimos avait-il un peu recouvert cette langue plus fluide. Harmattan avait fini par s'endormir, une oreille toujours tournée vers l'extérieur par prévention.

Soudain, le jeune homme sentit l'air vibrer. Au loin, il perçut un claquement dans le vent. Il leva instinctivement le regard et découvrit une ombre volante dans le ciel. Le Vétéran fronça les sourcils. Qu'était-ce ? L'énergie qui s'en dégageait lui parla aussitôt. Il vit s'approcher les deux silhouettes, dont une humanoïde. Aux premiers mots de l'arrivante, il sourit. C'était la Chevalière de Pandore. Les oreilles de la rinoral frémirent et celle-ci ouvrit les yeux tout en redressant la tête. Zärfell se leva pour accueillir leur invitée surprise.


- Bonsoir Dame Freyla. Oui, nous sommes de passage, c'est le cas de le dire ! Mais bon, me suis-je un seul instant posé plus d'une semaine ou deux semaines quelque part ? Excepté Gandur ou Erimos, pas vraiment. En effet, la route, les sacs à dos et les tentes, il aimait ça. Aussi, navré de ne pas être venue vous voir à la capitale, j'avoue que nous sommes un peu pressés par le temps.

Il se tourna vers Sakuya et laissa planer un petit silence, si quelqu'un voulait parler. L'Alchimiste revint sur son amie aux cheveux d'or et glissa un regard amicalement envers son cheval ailé. Puis, il reprit, se souvenant subitement de son travail :

- Ah, mais vous tombez à pique ! Comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses. J'ai une surprise pour vous... Je pense qu'elle va vous plaire.

Il marcha en direction d'une grande étoffe de tissu par-dessus laquelle se lisait une forme rigide. Il défit le noeud qui servait à tenir l'emballage en coton et releva ses yeux vers Freyla :


- Ça m'a pris du temps et je m'en excuse, mais je vous rends enfin votre armure.

Le Voyageur la dévoila, l'argent et la soie luisant sous les feux du campement. D'après lui, cette Cuirasse Blanche avait tout d'un objet exceptionnel pour protéger une personne semblable. Harmattan l'inspecta de nouveau de son iris émeraude, les reflets de l'armure se reflétant dans ceux-ci.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mar 22 Mar - 21:38

La jeune femme écouta les justifications du jeune homme et lui sourit de manière aimable. Il est vrai qu'elle ne l'avait jamais plus de deux semaines au même endroit, pas même à son Atelier qu'elle lui avait "offert" de temps de sa royauté. Et la jeune femme qui était avec lui... Elle lui avait prêté serment de fidélité ou bien était-ce sa sœur ? Enfin, cela ne la concernait pas le moins du monde. Elle se rapprocha du feu, bien réconfortée à l'idée de se réchauffer par cette nuit. Il est vrais que si la saison froide était terminée, les nuits restaient fraîches.

Il n'y a aucun problème. Je ne suis plus à la capitale de toute façon. Je me permet d'exploiter votre feu.

Excalibur à la taille, elle jeta un regard à la Guerrière, silencieuse, et lui adressa un petit sourire un signe de respect. Pegasõs, de son côté, regarda l'étrange créature de Zärfell, car s'il était souvent passé à côté d'elle, il n'avait jamais pris l'occasion de la découvrir comme un animal pouvait en découvrir un autre. Freyla, sans lâcher le feu, continua sur ses paroles.

Je suppose que je n'ai pas besoin de vous demander d'être prudent alors. Les Hommes-Lézards sont hélas toujours d'actualité dans le Royaume. Prudence est mère de sûreté.

Elle se retourna, quelque peu intriguée quand le Sage Rouge s'agita. Puis il expliqua raison de son agitation et sortit d'un drap son armure, enfin prête. Du moins.. était-ce réellement la sienne ? La pièce qu'il lui brandissait n'avait rien à voir avec l'ancienne ! La jeune femme en laissa tombé ses bras de stupeur. Si là était le résultat de l'Alchimie... Elle n'en croyait tout simplement pas ces yeux. Elle tendit les bras pour s'emparer de la pièce et la scrutait du regard. C'était une finition exemplaire, et quelle légèreté !

C'est... impressionnant !

Sans perdre plus de temps, elle la revêtit, la sensation d'une protection sur son corps ne l'ayant pas atteinte depuis longtemps maintenant. La chose lui allait toujours autant, et ce poids si absent lui donnait l'impression qu'elle ne portait rien du tout. Excalibur elle-même semblait se lier à cette protection que la Chevalière de Pandore continuait à admirer même sur elle. Les flammes du feu se reflétaient dedans avec la perfection d'un miroir et elle sentait que ses forces ne l'abandonneraient jamais.

C'est un travail de perfection. Je ne regrette pas de vous l'avoir confié.

Puis elle plongea ses yeux dans ceux de l’Alchimiste.

Puis-je connaître la raison de votre empressement ?

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 14:07

~ Harmattan regarda le pégase et pencha légèrement la tête. *Ah oui, c'est la monture de Dame Freyla. Que j'aimerais avoir des ailes moi aussi, mais Zärfell n'a de toute manière pas besoin de ça pour voler.* Elle se leva, secoua un peu son beau pelage de sable et partit à la rencontre de Pegasõs, laissant quelques temps les hommes à leur occupation. De son côté, le jeune homme avait bien entendu la remarque de son amie concernant les Homme-lézards. Il faisait toujours attention à dresser son camp avec attention, ou bien s'empresser de crapahuter à la cime d'un arbre pour éviter leur hachette.

Son sourire se fit lumineux quand il découvrit la surprise de Freyla. Ce n'était pas souvent qu'il pouvait la voir faire cette tête ! L'Alchimiste laissa la jeune femme se réapproprier sa nouvelle armure. Zärfell en avait encore la recette à l'esprit, en effet, il n'avait pas besoin de noter ces choses là. Comme tout ce qui le passionnait, elle trouvait chaleureusement sa place dans un de ses appartements, étage mémoire de son cerveau. Il croisa les bras et inspecta la Paladin. Il fut ravi par les mots de son amie et poursuivit :


- Comme on le dit si bien : cette armure vous sied à merveille. Et c'est avec plaisir, Dame Freyla. J'avoue ne pas être déçu du travail non plus. Il se tourna vers Sakuya. Merci encore de m'avoir aidé, sans toi, s'aurait été un peu plus dur pour trouver les ingrédients.


Il était toujours heureux de faire équipe de toute manière. Puis, le Vétéran revint en souriant sur la jeune femme, qui l'interrogea alors sur la raison de sa marche expresse. Sa mine s'assombrit, à la vitesse d'un éclair frappant de toute sa puissance un pauvre arbre solitaire. On aurait pu entendre un orage, mais excepté en Zärfell, il n'en n'était rien. La nuit chantait sa musique.

- Un mauvais pressentiment. Un très mauvais. Même, le vent est plus que de mauvaise augure en réalité, déclara-t-il sombrement. Les Mages sont dotés du Sixième Sens, je m'y fis totalement, il ne m'a jamais trompé, alors je dis que... Quelque chose se trame, là-bas... Je n'aime pas ça. La peur, mais aussi une certaine colère, m'habitent et me forcent à presser le pas... Qui sait si du sang coulera... En tout cas, il y a une grande force magique, je ne peux l'ignorer.

Il ne dit rien de plus. Ses propres mots suffisaient à éveiller en lui de quoi faire souffler un aquilon, un mistral et un harmattan dans la même direction. A vrai dire, si ça n'avait tenu qu'à lui, il aurait invoqué son Dragon Astral pour voler jusqu'aux dunes éternelles aussi longtemps que le vent soufflerait sur Pandore. Mais la terre ferme permettait entre autre de ne pas s'égarer. Sentir son contact restait une valeur sûre. Il fixa son amie, le feu crépitant dans ce silence pesant.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Saigyouji Sakuya



Messages : 75
X.P : 100
Date d'inscription : 14/02/2014

Feuille de personnage
P.V:
25/25  (25/25)
Équipement:
Niveau: 11

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 14:23

Grâce à la Divinité, un événement imprévu débarrassa Sakuya de l’interrogatoire sur son passé. La cavalière à la robe bleue, héroïne de tout Pandore, venait intervenir pour les informer sur les dangers du voyage. La Guerrière aimait cette idée qu'il valait mieux prévenir que guérir, et faire du bourrage de crâne si nécessaire. Elle en savait quelque chose. Peu de gens écoutaient quand on leur disait une seule fois quelque chose. Cette Chevalière de Pandore savait parfaitement ce qu'elle faisait et comment le faire.

Quand elle s'approcha du feu et lui adressa un sourire, elle lui répondit de même. Elle n'était pas habitué à sourire beaucoup aux gens, mais les renvoyer par politesse était toujours la moindre des choses, elle avait été élevée de cette manière. Le Sage Rouge ne manqua pas de la remercier pour son aide dans la conception de l'armure que la jeune femme découvrait. Elle lui fit un petit signe de la tête.


Ce n'est pas un problème.

Pendant que les animaux se découvraient de manière plutôt curieuse, les humains discutaient sur le voyage et l'empressement. Quand le Sage Rouge termina, Sakuya trouva juste de préciser la direction, même si l'on pouvait s'en douter.

Nous allons à Erimos.

Cette intervention aussi discrète que révélatrice de sa part se suivit d'un regard sur le feu et d'une concentration sur le bruit de ces crépitements. Elle ne voulait pas entendre la lune. Elle ne voulait qu'entendre les bruits naturels. Si elle n'avait pas ce problème, elle pourrait confirmer les dires du jeune homme : le sang sera versé une fois de plus dans ce désert. Et cela ne la rassuré pas.

_________________


Dernière édition par Saigyouji Sakuya le Mer 23 Mar - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 14:35

Elle écouta la réponse du jeune homme et aurait souhaité entendre d'autres mots venir de sa bouche. Une course de chevaux, une plante rare à cueillir, qu'importe, elle aurait simplement souhaité entendre autre chose. Alors elle continuait à l'écouter, mais sa réaction était déjà prédéfinie. Quand elle s'apprêta à répondre, la Guerrière précisa l'endroit où ils allaient. Freyla se retourna rapidement vers elle pour lui exprimer son attention. Elle entendit tout ça et rassembla les informations avant de répondre.

J'aurais souhaité entendre une autre réponse. Votre Sixième Sens ne vous avait pas trompé pour les événements à Tonel. Je crains qu'il ne vous trompe pas cette deuxième fois.

La jeune femme baissa ses mains pour les mettre le long de son corps avant de se retourner vers le jeune homme. Il est vrai que s'il y avait une personne sur cette terre en qui elle croyait les paroles quant aux événements de mauvais augure, c'était lui. C'était en quelque sorte dommage que toutes ces prévisions soit des prévisions de conflits. Elle aurait bien aimé un jour l'entendre dire quelque chose de bénéfique. Mais ce n'était pas encore le cas aujourd'hui. Alors elle réfléchit. Tout était sûrement vrai. Et si un danger menaçait l'avenir de Pandore...

Bien. Je vais vous accompagner.

Elle n'était jamais loin. Le mieux serait d'éviter un conflit ou un génocide. Les habitants du désert avaient beaucoup souffert des Guerres Obscures et ne devaient plus être les victimes d'un monde qui n'était pas le leur. Elle allait, s'il le fallait, les protéger eux aussi. Car ils étaient des habitants de Pandore avant d'être des habitants du désert.

Quand Pegasõs découvrit la créature de Zärfell de plus près, il eut un petit sursaut face à la corne qu'elle avait sur le front. Il en avait rarement vu de semblable, alors cela l'effrayait un peu. Il recula en agitant doucement la tête, et Freyla porta le regard vers lui. Un petit ''chut'' rassurant et aimable calma l'animal qui fit confiance à sa cavalière et tenta de se rapprocher encore de la rinoral, moins apeuré.

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 15:26

~ Zärfell entendit le feu et la voix de Sakuya, qui précisait leur route. Effectivement, il avait omis de mentionner le désert, toutefois, vu son personnage, cela n'avait rien d'étonnant. Il garda le silence, tandis que chacun semblait réfléchir. Lui savait déjà ce qui lui restait à faire. Il n'avait rien à penser, si ce n'était un objectif, une stratégie et une détermination. Puis, il releva son regard vers la Chevalière, qui comme toujours prenait très au sérieux ses prédictions. Il jouait très souvent les monsieur météo de Pandore, néanmoins, lui prédisait des tempêtes ou un temps clément tout autre que des dépressions et des anti-cyclones. Il reçut gravement les mots de Freyla, mais la vérité était aussi en eux.

Il baissa légèrement la tête et soupira. Il la releva quand la Paladin leur annonça qu'elle venait avec eux. Il ne put retenir un sourire, à la fois rassuré et à la fois de remerciement. Son amie avait souvent été à ses côtés lors de conflits important. Si pendant les Guerres Obscures, ils n'avaient pas vraiment combattu côte à côte, ils avaient tous deux été au cœur de la bataille. Le Vétéran fit un petit signe de tête :


- Merci beaucoup, Dame Freyla. Je pense que votre présence ne sera pas de trop. Les miens, selon moi, ont eu leur dose de sensation forte pour pas mal de temps. De plus, intéresser les politiques extérieurs n'ont jamais été, ni leur but, ni leur tasse de thé.


Il espérait juste qu'un de ces quatre, ils ne seraient plus la cible d'un vautour ou d'une taupe. Du coin de l’œil, il vit Harmattan reculer un peu face à l'air surpris du cheval ailé. Il lui sourit pour la rassurer, mais la rinoral était loin d'être bête. Zärfell avait toujours dit qu'il ne lui manquait plus que le langage humain pour devenir une savante reconnue. La rinoral fit alors quelques pas vers Pegasõs et dressa haut ses grandes oreilles, sensibles au moindre son. Elle alla gratter, avec une souplesse surprenante, son dos à l'aide de sa corne, pour faire comprendre à son ami que, si elle était son armure offensive, elle pouvait très bien servir à autre chose que planter ses adversaires.

Zärfell surveilla qu'aucun autre petit couac n'est lieu et revint sur le feu de camp. Il prit alors une pomme et la lança à Freyla, certain qu'elle la réceptionnerait :


- Passez la nuit avec nous. Nous lèverons le camp demain, avant le levé du soleil. Il s'assit et contempla les flammes. Et ce sera une longue journée...

Il se mura à nouveau dans un silence passager. La nuit allait vite filer, à l'inverse du lendemain. Il se tourna vers Freyla et demanda, cette question lui traversant l'esprit :

- Vous n'êtes plus reine, non ? J'ai entendu des gens parler d'un nouveau roi, des rumeurs dans différentes villes du Royaume. Est-ce vrai ?

S'il fallait dormir pour être en forme, il souhaitait tout de même avoir un éclairage sur ces bruits courant.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 16:02

La situation entre les deux animaux marqua un air amusé, plutôt rare, sur le visage de Freyla. Quand Pegasõs sentit la corne sur son dos, il jeta un regard vers sa maîtresse qui lui répondit d'un air calme. Il se laissa doucement faire avant de pousser un petit bruit, de relevait la tête et de frapper le sol avec son sabot. Ce massage lui changeait des caresses agréables de sa cavalière, mais cela soulageait aussi son garrot du poids régulier qu'il portait. Bien qu'habitué, un petit soulagement de temps en temps ne faisait de mal à personne, et certainement pas à lui.

Quand le Sage Rouge termina son discours sur l'indépendance des Voyageurs, Freyla se retourna vers lui et réceptionna d'une main la pomme qui lui était envoyé avant d'entendre la proposition de rester bivouaquer. Elle pensait rester se reposer chez son père pour cette nuit, mais une petite nuit autour d'un feu de camps lui rappellerait sûrement nombre de bons souvenirs d'une lointaine époque. Elle accepta.


Les Voyageurs ont effectivement trop étaient sur le devant de la scène. Nous devons faire en sorte qu'ils retrouvent leurs indépendances. Ils n'ont pas besoin de nous, pas plus que nous avons besoin d'eux et si nous pouvions nous effacer, et faire confiance à leurs talents... La paix retrouverait son chemin.

Elle n'avait rien contre le mélange culturel, mais l'histoire a démontré que les interventions extérieures ne faisaient que mettre à mal le calme des habitants du désert et par ricochet, le calme des habitants de Pandore tout entier. Elle croqua dans la pomme à pleine dent, restant debout car elle ne voulait pas salir sa robe, et tourna le visage vers Zärfell en mâchant son fruit. Après cette question, elle avala sa bouchée et répondit.

Effectivement. J'ai cédé mon trône, qui de toute façon ne me revenait pas. Le nouveau souverain doit avoir pris ses fonctions maintenant.

Elle croqua à nouveau la pomme pour avaler un petit morceau.

Je pense que les autres dirigeants de Pandore iront à sa rencontre quand tout cela sera officiellement annoncé. Ce qui n'est plus qu'une question de temps.

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 18:03

~ Ainsi, Awarennor allait avoir un nouveau dirigeant. Zärfell pensa que son amie faisait pourtant du très bon travail et qu'elle avait l'étoffe pour guider un peuple. Néanmoins, elle était un peu comme lui : pas très accommodée à la vie de souverain. Au même endroit toute l'année, des gardes, des finances, des conseillers, des obligations, une image à tenir, dormir dans un palais... Sans façon ! Le jeune homme attrapa une poignée de petites baies et les mangea une par une. Il était tout de même curieux de savoir à quoi le nouveau souverain ressemblait. Il regarda brièvement Freyla. Sûrement l'empereur de Shoan serait-il l'un des premiers à aller lui rendre visite. Leurs deux puissances étaient alliées depuis longtemps maintenant. Il observa les étoiles et déclara :

- Bien, ce n'est pas plus mal si Awarennor retrouve un souverain permanent. Je suis sûr que vous l'avez bien choisi, car je me doute qu'il n'est pas venu toquer à votre porte pour prendre le trône.

Un peu comme Morlo, qui lui avait cependant joué les anguilles et filouter. Mais comme toute anguille, elle finissait par arriver sous roche. Heureusement, c'était désormais de l'histoire ancienne. Il s'allongea et se perdit dans le ciel nocturne.

- Et comment s'appelle-t-il ce nouveau roi ? Où l'avez-vous déniché ?

Il ne pouvait s'empêcher d'espérer un roi bon et clément, mais sachant être plus strict et direct quand il le faudrait. Zärfell avait toujours vu le roi d'Awarennor un peu comme l'empereur de Shoan, le katana et l'armure traditionnelle en moins. Il ferma les yeux pour ouïr la réponse de son amie.

De son côté, Harmattan s'était assise aux côtés du pégase de Freyla. Elle était redevenue plus calme et le sommeil commençait à la gagner. Elle bailla un grand coup, dévoilant toutes ses petites dents pointues. La nuit avançait vite. Elle se roula en boule non loin de son meilleur ami, puis l'imita en fermant les paupières. Au fond, elle était impatiente que le jour se lève, uniquement pour de nouveau fouler ces grains de sable et sa terre natale.

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Mer 23 Mar - 22:27

Oui, son choix avait été le bon. Le meilleur qu'elle aura fait dans toute sa vie sûrement. Contrairement au Ministre Morlo, Sir Magnus était un homme qui jamais n'avait convoitait la couronne et pour qui cette dernière avait plus d'importance que sa propre vie. Elle savait, qu'avec cet homme d'expérience et de savoir sur le trône, le Royaume allait renaître et connaître à nouveau une époque glorieuse. Elle sourit en regardant le feu, qui jetait sur elle une sensation de chaleur réconfortante. C'était presque comme si... Comme si elle était une personne différente autour de ce feu. Des souvenirs jaillissaient. C'était une lointaine époque.

Il s'appelle Sieur Magnus. C'est un Cavalier d'Awarennor qui a combattu avec mon père. Il disait toujours, qu'il n'y avait pas meilleur Cavalier sur tout Pandore. Il a participé aux Guerres Obscures, mais quand feu Loïcus est mort, il s'est sentit coupable et s'est exilé dans les montagnes de Shoan. C'est un homme cultivé doublé d'un excellent guerrier. Il saura redonner à Awarennor sa gloire d'antan.

Elle en était sûre. De plus, il entretenait les mêmes relations avec son père que le défunt Roy. Il n'y avait plus rien à craindre pour Awarennor. La jeune femme dormait avec l'esprit tranquille sur ce point là depuis qu'elle l'avait choisit. Elle continua à fixer le feu avant de jeter un coup d’œil sur la lune. Pegasõs, de son côté, après le repos de la bête orange, s'était mis à brouter l'herbe qui traînait autour du feu de camp, les ailes rabattues sur son corps donnant l'illusion d'un cheval blanc normal.

Plus Freyla regardait le feu, les étoiles, le ciel, la lune, plus elle se sentait sereine. Cela devait faire peut-être six ou sept ans qu'elle n'avait pas ressentie cette sérénité. Un simple feu de camp lui avait donné ce sentiment qu'elle pensait oublier. Elle en avait presque envie de chanter. Chanter quoi ? Cela elle l'ignorait. Sans doute la seule chanson qu'elle connaissait par cœur. C'était une chanson bien approprier en plus, puisqu'il s'agissait d'une berceuse. De sa berceuse. La berceuse de sa mère.


Il est l'heure d'aller au lit,
et de se demander où la lune,
ira dans le ciel nocturne.

Dans tes rêves tu peux voler,
ou fixer les ombres,
dans ta calme solitude.

Tu peux chanter une chanson,
et connecter tes sentiments,
au prochain nouveau jour.

Tu peux te désoler d'une séparation,
ou te souvenir des beaux jours,
ils resterons malheureusement tristes.

Que ce soit mes cheveux rouges,
ou les nuages écarlates,
je les refléterais pour toi.

La voix de ma chanson,
durera toute la nuit.
Ainsi elle t'atteindra,
mais je me demande quand ?

Je serais heureuse de chanter,
pour le bien de ton amour.

Tu peux voler dans les cieux,
ou admirer la lune,
dans ta douce solitude.

Tu peux dépendre de nos liens,
ou souhaiter nombres de vœux,
afin de dire au-revoir à hier.

Tu peux te souvenir d'une rencontre,
ou oublier le présent,
ils resteront malheureusement seuls.

Ce peut-être une voix mystérieuse,
ou les murmures de la lune,
j'en frissonnerais.

Cette chanson sera chanté par nos deux voix,
et chevauchera le vent,
et dansera éternellement dans le ciel,
je me demande jusqu'où elle ira ?

Je serais heureuse de chanter,
pour le bien de ton amour.

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Jeu 24 Mar - 22:11

~ Le Vétéran, qui se reposait, écouta la réponse de son amie. Magnus ? Cela ne lui évoquait rien. Sûrement ne l'avait-il pas croisé directement pendant les Guerres Obscures. Les mots de Freyla le convainquirent davantage quant à son choix. Après tout, la sagesse appelait la sagesse, la Paladin n'avait donc pu choisir que quelqu'un égalant sa noblesse et son sens du devoir.

- Je vois. C'est réconfortant de savoir le Royaume à nouveau sur les épaules d'un homme bon.

Puis, le chuchotement du feu recouvrit à nouveau le petit silence. Tandis que le jeune homme se plongeait tout doucement dans un de ces sommeils qu'il appréciait tant, les pieds et la tête dans l'herbe, en total osmose avec la Nature et son état de Sylphe, il entendit soudain Freyla chanter. Il rouvrit lentement les yeux. Cette mélodie était belle et reposante. Il ne l'avait encore jamais entendu. Il se releva un peu et prit, posé sur son sac, sa flûte de vent. Le Mage se rallongea et ouït plus attentivement la chanson. Freyla passait à la troisième strophe quand Zärfell commença à souffler dans cet instrument qu'il connaissait si bien. C'était la flûte de la liberté, celle du bohémien qui sillonne les vallées pour en découvrir les peuplades, les parfums et les couleurs.

Son accompagnement était discret, comme le doux sifflet d'une petite brise d'été. On y sentait de la grâce, mais surtout de la légèreté et de la sérénité, dans cette fusion inattendue. La berceuse enchantait la flûte de sa magie apaisante et vice-versa. Le repos, en musique. Zärfell laissa couler chaque paroles sur ses notes célestes, qui semblaient être l'air lui-même. L'envoûtement dura le temps de cette délicate berceuse, que le jeune homme trouvait harmonieuse et mélancolique. Un beau mélange en somme. Le Vétéran s'arrêta quelques mots avant la fin et laissa mourir sa note pour que la conclusion revienne à la chanteuse. Il reposa alors sa flûte à côté de lui et contempla la voûte astrale.

Le calme de la nuit les avait recouvert. Il se sentait bien et il n'avait pas besoin de parler pour comprendre qu'il n'était pas le seul. Le Sixième sens était puissant. Le jeune homme était quant à lui heureux d'être simplement vivant et étendu sur le gazon. Il ferma les yeux pour de bon semble-t-il. Harmattan était elle déjà partie, son sommeil cependant aussi léger qu'un duvet. Zärfell déclara :


- Une bien belle chanson. Qui vous l'a apprise ?

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme


Dernière édition par Zärfell Eriawyn le Ven 25 Mar - 20:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Jeu 24 Mar - 22:38

Plus Freyla chantait, et plus elle se sentait nostalgique et apaisée. Et plus elle se sentait nostalgique et apaisée, et plus elle avait envie de dormir. Et plus elle avait envie de dormir... et plus elle voyait son image. Quand elle entama le refrain et que le Sage Rouge accompagna sa voix d'un bruit de flûte, elle lâcha une petite larme, minuscule, qui coula sur sa joue. Elle termina sa chanson en regardant le ciel étoilé comme l'indiqué ses paroles, puis renifla doucement avant de sécher cette larme avec le dos de sa main. Elle se retourna vers l'Alchimiste endormit face à sa question. Ça avait été tellement une sorte de réflexe de chanter qu'à part la flûte, elle en avait oublié qu'elle était avec des gens.

Ma mère. C'était... pour me bercer.

D'ailleurs, son effet soporifique avait toujours effet sur elle. La Paladine fit le tour et jeta un regard vers un endroit potentiel pour s'endormir. Son dévolu se jeta finalement sur un autre rocher que celui où était assise la Guerrière de Shoan, où elle s'adossa en posant un bras sur son genoux en continuant à regarder le Sage Rouge.

Très bel instrument. Vous en jouez bien.

Puis elle laissa lentement les paroles et l'air de la berceuse finir de l'endormir. Elle ferma les yeux et s'assoupit lentement, un air de sérénité sur son visage. Une dernière petite larme glissa discrète avant de toucher le sol. De son côté, Pégasõs fit le tour pour se rapprocher de sa maîtresse et s'installa pour dormir, non sans déployer son aile afin de couvrir d'une duvet de plume le corps de la Chevalière de Pandore.

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Saigyouji Sakuya



Messages : 75
X.P : 100
Date d'inscription : 14/02/2014

Feuille de personnage
P.V:
25/25  (25/25)
Équipement:
Niveau: 11

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Ven 25 Mar - 16:55

Elle avait laissé les amis de toujours discutaient entre eux. De toute façon, bavardait était loin d'être son fort, comme ils avaient pût s'en rendre compte. À la place, elle avait laissé le rythme crépitant du feu et des grillons recouvrir les bruits de la lune et s'était placé dans une sorte de méditation relaxante, chose qu'elle faisait souvent la nuit. Les deux animaux domestiques se découvraient de manière encore un peu sauvage, mais l'intention y était.

Finalement, les deux parleurs commencèrent à s'assoupir doucement et au moment où Sakuya allait se levait pour marcher un peu, elle entendit la Chevalière de Pandore chantait. Pourquoi chantait maintenant, surtout une telle chanson ? Elle était mélancolique mais apaisante. Cela ressemblait beaucoup à une berceuse. Rapidement, le Sage Rouge se joignit aux paroles avec son instrument de musique qui ressemblait à s'y méprendre à une flûte de Shoan, mais le son était quelque peu différent. Elle en savait quelque chose. Bien heureusement, la Guerrière se laissa porter par cette douce mélodie, qui était encore plus efficace pour recouvrir les bruits gênants.

Quand ils eurent terminés et qu'ils commencèrent à s'assoupir, elle se leva définitivement, prenant sur elle le tour de garde. Elle avait perdu l'habitude de dormir de toute façon. Alors elle s'éloigna un peu, son ombre étant projeté de manière gigantesque sur le sol par le feu de camp, et ferma les yeux en prenant une grande inspiration. Un hurlement de loup, au loin. La jeune femme les écouta, même si elle n'appréciait pas trop ça. Elle rouvrit les yeux en gardant le regard fixe vers la lune et murmura des mots.


Alors c'est comme ça...

Un nouveau hurlement de loups, et la jeune femme écouta à nouveau. Le spectacle dura ainsi toute la nuit. Aucune approche n'était à plaindre. Quand enfin le soleil se coucha et que la lune la laissa tranquille, Sakuya fit demi-tour pour rejoindre les dormeurs et commençait à étouffer le feu avec de la terre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zärfell Eriawyn
Modérateur


Messages : 430
X.P : 1412
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 19
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Ven 25 Mar - 21:41

~ Zärfell sourit au compliment de Freyla. Cette flûte singulière, il en jouait depuis qu'il savait marcher et, en réalité, la musique l'avait toujours accompagné depuis son plus jeune âge. C'était l'un des moyens d'expression les plus universels qui soit et sûrement l'un de ses favoris. Pour une fois, le jeune homme s'endormit vite, n'oubliant pas de sommeiller sur une seule oreille. Le vent lui murmura quelques comptines des pôles et de Tonel, puis finalement, le laissa s'endormir tranquillement. La plénitude soufflait sur les contrées herbeuses de ce coin du Royaume. Et la lune suivit son cours habituel, ses rayons d'argent disparaissaient quelques instants derrière des vagabonds cotonneux de passage. Harmattan dormit bien, autant que son ami Mage.

Toutefois, le Vétéran s'éveilla bien vite. Le ciel n'avait pas encore commençait à pâlir que ses yeux s'ouvrir sur la Voie Lactée. Il s'interrogea, l'espèce de quelques secondes, sur combien de monde pouvaient renfermer ces étoiles, tout là-haut ? Puis, la buée le quitta et il se redressa. Freyla devait sûrement être debout, tout comme Sakuya. Le jeune homme rangea sa flûte et vérifia ses affaires. Puis, il s'étira un peu, comme le faisait tout Grand'Mage pour se préparer à suivre le soleil, avant de mettre sur son dos bâton d'alchimie et sac en bandoulière. Harmattan fut réveillée par son agitation. Ses oreilles se dressèrent d'un coup, comme des antennes, et ses yeux d'émeraude s'ouvrir sur son meilleur ami.


- Bonjour Zärfell, dit-elle dans un bâillement matinal.
- Salut Harmattan. Prête pour la route ?
- Moi ? Toujours ! J'ai hâte de sentir le sable sous mes pattes qui l'aime tant !
- Super ! Il regarda la Chevalière de Pandore et la guerrière. Bonjour à vous.

Puis, le Sylphe scruta l'horizon et vit une météo plutôt mitigée se profiler. Mais si le soleil dore les blés et l'avoine, la pluie apporte avec elle vitalité et fraîcheur. Il sourit, ravi. Le Sage se tourna vers ses amies, apparemment sur le qui-vive. Comme ils l'avaient décidé, ils partaient avant le lever de l'astre solaire. Zärfell observa en direction du désert. Il savait que ce Sage l'avait senti, après tout, ils étaient des frères de magie. En eux brillait le Sixième Sens des hyper-sensibles de Pandore. L'Alchimiste eut bien entendu l'appel, mais n'y répondit pas. On pouvait éprouver de la colère et ne pas être sujet aux attisements en tout genre. S'il n'était pas capable de refouler ses sentiments, car tel était son caractère d'homme de vent, le Vétéran savait les guider, les entendre, les comprendre et les galvaniser. Il expira un grand coup, comme pour écarter les nuages qui dansaient sur l'azur de son ciel intérieur. Il s'orienta dynamiquement vers ses camarades :

- On est parfaitement dans les temps. Pas de soleil avant plusieurs minutes, alors comme on dit en Wadji : Yhaj ! lança-t-il pour stimuler l'ambiance.

Quand tout le monde fut paré, ils prirent la route. La marche ne fut certainement pas sans quelques embûches et quelques discussions pour l'animer. Mais l'herbe, si verte et si grasse, laissa lentement place à un sol plus sec et plus aride, quelques fleurs surprenantes éclosant sur des boules de pique aussi belles que dangereuses. Zärfell repéra aussitôt le passage de la frontière entre Royaume d'Awarennor et terre sacrée des Voyageurs. Il reconnut, quelques mètres plus loin, un de ces piquets de bois perdus et fichés dans une lande de sable. Nouées autour, de longues bandes de tissus colorés. Zärfell les contempla s'agiter en voiles de bateau découvrant les mystères d'un pays étonnant, comme on en voit qu'une fois dans sa vie.

[Sortie de Zärfell]

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
Freyla
Admin


Messages : 204
X.P : 1036
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 22
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
132/132  (132/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Ven 25 Mar - 22:53

Freyla se réveilla en même temps que le Sage Rouge, et surtout en même temps que Pegasõs retira son aile de son corps. Cela ne manqua pas d'apporter un petit frisson à la Chevalière de Pandore qui ouvrit surtout les yeux par surprise que par envie de se réveiller. Les voyages formaient la jeunesse, et dormir à la belle étoile était toujours une expérience intéressante, mais elle n'avait rien contre un bon lit douillet pour se reposer. Alors elle se leva, vérifiant qu'Excalibur était bien encore là (évidemment, elle n'avait pas bougé, mais elle faisait toujours ça) et observa l'agitation autour d'elle. Son pégase manifesta aussi son réveil, et la chevaucheuse passa sa main sur son cou musclé pour le réconforter. L'animal s'éloigna alors un peu pour aller brouter rapidement de l'herbe avant de reprendre le voyage.

De son côté, la jeune femme se recoiffa légèrement avec ses doigts sans défaire son chignon et salua l'Alchimiste avant de boire un peu d'eau car elle était toujours assoiffée après une nuit de sommeil à l'extérieur. Elle mangea ensuite une pomme qu'elle avait gardé de la veille et quand tout le monde fut fin prêt, monta sur son animal. Elle approuva les dires du jeune homme d'un hochement de tête.


Je vais vous suivre depuis les airs. S'il y a un problème, je vous en informerait.

Puis elle donna l'ordre à Pegasõs de s'envoler, ce qu'il fit après s'être cabré. Et à la suite d'un galop, le duo décolla.

Le voyage avait été rapide, assez pour atteindre la frontière avant que le soleil ne le fasse avec l'horizon. De sa position avantageuse, Freyla jeta un coup d’œil au désert. Il semblait aussi calme et vide de vie que d'habitude. Cependant, elle savait que ce calme était très souvent à tendance illusoire. Les piques de bois délimitant le territoire des Voyageurs marquaient le passage vers une nouvelle culture... et vers de nouveaux dangers. Freyla ne connaissait le désert que pour y avoir vécus des conflits. Les souvenirs jaillir : de son engagement dissimulé pour lutter contres les morts-vivants aux Batailles sans Fins... Connaîtrait-elle autre chose que le combat dans ces landes de sables ? Elle l'aimerait.

Pour l'heure, il fallait sauver le monde dans ce désert. Comme jadis.


[Sortie de Freyla]

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
Saigyouji Sakuya



Messages : 75
X.P : 100
Date d'inscription : 14/02/2014

Feuille de personnage
P.V:
25/25  (25/25)
Équipement:
Niveau: 11

MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Dim 27 Mar - 14:04

Finalement, le départ eut lieu à temps, elle qui pensait qu'il était trop tard. Elle avait rassemblé ses esprits et levait le camp en même temps que les dormeurs. Cette nuit blanche à parler mentalement avec beaucoup trop de choses à la fois lui avait donné mal à la tête et fait perdre notion du temps. La seule chose qu'elle espérait désormais, c'était qu'elle ne retrouve pas sa piste. Et qu'elle n'aura aucun problème dans le désert.

La marche, silencieuse, était ponctuée de l'ombre de la cavalière volante sur le sol. Comme une sorte d'entité gardienne, elle les avait accompagné tout ce temps dans le ciel. Avait-elle besoin de réfléchir de son côté elle aussi ? Le ciel devait être un endroit bien tranquille pour méditer sur certains points. Si Sakuya avait cette capacité, elle l'aurait sûrement exploiter un grand nombre de fois.

Après cette marche longue, les limites du Royaume et du désert se dessinaient enfin. C'était la première fois que la jeune femme voyait un tel distinguo dégradé entre deux paysages totalement différent. Dans la forêt de Shoan, les arbres s'enchaînaient dans une certaine harmonie déguisait, un feuillage cachant un tronc. Mais ici, c'était difficilement possible de par la nature radicalement opposée des climats. Le sable traînait déjà sur certains chemins presque effacés. À certains endroits, les restes des Guerres Obscures étaient encore visible : la terre était retournée comme si une armée venait de marcher dessus. Il y avait fort à parier que l'herbe ne repoussera pas à cet endroit. Observatrice, son instinct lui faisait découvrir cette frontière comme un animal dans un nouvel endroit. Les cactus qui apparaissaient déjà et les piques de bois où flottaient des lambeaux de tissus indiquaient clairement que le territoire où elle marchait n'était pas le sien. Il faudra qu'elle soit respectueuse envers ce nouveau décor.


[Sortie de Sakuya]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Destinée, au coin du feu   Aujourd'hui à 23:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Destinée, au coin du feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» Prise en main de sa destinée!
» Elkäèl, l'histoire d'une destinée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandore History :: Pandore :: Royaume d'Awarennor :: Chemins du destin-
Sauter vers: