AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le vent se lève

Aller en bas 
AuteurMessage
Zärfell Eriawyn
Modérateur
avatar

Messages : 497
X.P : 1435
Date d'inscription : 18/02/2014
Localisation : Dans le brûlant désert d'Erimos

Feuille de personnage
P.V:
130/130  (130/130)
Équipement:
Niveau: 96

MessageSujet: Le vent se lève   Mer 5 Mar - 11:12

[Arrivée de Zärfell]

~ Le vent soufflait fort en ce milieu d'après-midi. Le ciel clair et dégagé du désert annonçait, comme toujours, une journée chaude et clémente sur le campement mobile. Les tentes, éparpillées un peu partout, formaient un groupe de toiles aux couleurs diverses, mais toujours ocres ou pastelles. Le claquement des draps donnaient naissance à un bruit particulier, le bercement quotidien des nomades du désert. La vie des Voyageurs battait paisiblement son plein, comme si rien ne paraissait pouvoir perturber cette tranquillité désertique. Les gens allaient et venaient, certains à l'ouvrage, d'autres se rendant chez untel, d'autres encore partant s'entraîner ou se divertir dans différentes activités ou encore préparer un bon goûté. Chacun faisait ce que bon lui semblait, tout en gardant à l'esprit qu'ils vivaient en communauté. Une existence singulière, qu'il fallait avant tout aimer afin de pouvoir l'apprécier.

Parmi les nombreuses tentes colorées, tantôt habitées par une famille, tantôt par un couple, tantôt par une bande d'amis, tantôt par quelques visiteurs de passage ou récupérés sur le bord du chemin, l'une d'elle, totalement ordinaire et perdue dans la masse, claquait au vent, identique à toutes ses semblables. Son architecture carrée et ses tons ocres la rendaient encore plus banale. En revanche, en s'approchant, on pouvait distinguer la personnalisation de cette toile, notamment grâce à quelques décorations métalliques ou des sortes de grigris ou bien des clochettes. Le doux son des cloches à vent détachait l'habitation des autres et rendait l'accueil musical. L'entrée de celle-ci était entrouverte et ondulait au rythme de la cadence venteuse. Sur le seuil, légèrement à côté de l'entrée, reposait sur une grande étoffe de soie, une boule de poils rousse et velue.

Harmattan, sans l'ombre d'un doute. La rinoral profitait de son temps libre pour se reposer et bénéficier de l'agréable ombrage procuré par sa maison. Elle paraissait dormir profondément d'un sommeil serein et réparateur. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait plus dormi dans un tel environnement, le préférant largement à l'atmosphère parfois humide de la forêt. Elle était sur un petit nuage de bonheur. Dépassant l'entrée, l'intérieur, beaucoup moins lumineux que l'extérieur, embaumait légèrement l'encens. La luminosité était suffisante pour y voir plus que clairement. La plupart des objets, peu nombreux, reposaient à même le sol ou sur d'étranges étagères suspendues, bien que quelques unes se trouvaient être les mêmes que celles des habitations sédentaires. Etait présent des bougies, de quoi vivre, faire à manger et faire des activités créatives ou musicales. Le matériel typique d'un domicile, bien qu'adapter à son propriétaire et à la vie nomade du désert. Deux ou trois plantes en pot poussaient lentement au quatre coins de la tente. Sur un drap s’étalaient des piles et des piles de livres, de grimoires et bien d'autres. Se détachant du reste, une partie, au fond de l'habitat, était cachée par des rideaux colorés de diverses natures, certains fins, d'autres plus épais. Il fallait écarter ses tissus afin de découvrir un lit sur le sol, qui, pourtant, paraissait confortable et douillé. Effectivement, le matelas était agréable, les coussins moelleux et les draps doux et fraîchement lavés. Néanmoins, dessus, bien des marques de plis et un livre, personne.

~ Zärfell se tenait debout, droit, le regard scrutant l'horizon. De son élévation pierreuse, le jeune homme pouvait observer tout le campement et, sur les côtés et au-delà, l'immensité imperturbable du brûlant désert. Sa chevelure albâtre s’agitait sous les rafales irrégulières du vent. Le vent. Cet élément avec lequel Zärfell avait appris à ne faire qu'un. En cet instant, il écoutait ses paroles. Celui-ci rapportait des problèmes et de fortes tensions à Shoan, son empire natal. Quelque chose sommeillait là-bas. Une guerre se préparait. Pandore allait à nouveau rugir. Une bourrasque vint faire danser les vêtements en lin du jeune homme, sa chemise blanche se gonflant telle la voile d'un navire. Dans sa main droite, l'athamé argenté du Sage Rouge luisait sous les rayons intenses du soleil. Il guetta l'horizon :


- Que va-t-il se passer maintenant ? Comme si la guerre contre les Forces Obscures n'avait pas suffit, il faut que Shoan se rebelle et que le sang coule à nouveau. Il soupira. Décidément, l'avenir de Pandore paraît bien sombre.

Jiroï, qui venait de gravir les derniers mètres pour rejoindre son ami, l'entendit murmurer ses mots destinés au vent. Elle souffla un grand coup, mit ses mains sur ses hanches et déclara :

- Tu parles tout seul Zär ? Ou bien tu te tapes la causette avec le vent ?
- Va savoir, il fait les deux.

La jeune femme se retourna pour voir arriver son jumeau. Elle lui sourit tandis que le Sage Rouge se tournait vers eux, un léger sourire aux lèvres.

- Notre Sage Rouge préféré a peur que le vent arrête de souffler. T'inquiète Zär, avec tout ce qu'y crache en ce moment, t'as pas à t'en faire, au pire, tu nous sors une tempête et puis c'est réglé.
- Très drôle Miroï, on est mort de rire !
- T'en fais pas Jiroï, je sais bien que notre guérisseur numéro deux plaisante. Non, j'entendais les dires de mon élément m'informer des frictions à Shoan...

Un ange passa, les faux jumeaux échangèrent un regard, leur ami magicien paraissant affecté par cette nouvelle. Après tout, Zärfell avait bien pris les armes lors du fléau des Forces Obscures, avait combattu ici, à Erimos, avant de rejoindre Awarennor et de revenir pour continuer la lutte, mieux entouré. Sang, larmes, hurlements et déferlements étaient les seuls souvenirs du jeune homme vis à vis de cette lutte. Durant celle-ci, il n'avait aperçu aucun Grand'Mages et avait amplement accepté la neutralité des Voyageurs. Miroï prit les devants :

- Et alors ? Quoi de neuf du côté de l'empire ?
- Rien, à par des conflits. Une guerre à l'intérieur même de Shoan semble imminente. La soif de certains contre l'équilibre mondial des autres. J'espère juste que, comme toujours, l'Empereur sera faire preuve de lucidité. Mais, je lui fais confiance, il n'est pas aux commandes d'un tel territoire pour rien.
- Oui... Et, du coté des Grand'Mages, ça donne quoi ? Tu as dit que tu étais convaincu qu'ils ne lâcheraient pas le morceau aussi facilement.
Zärfell hésita. - Hmm... Ouais, j'en suis sûr. Néanmoins, rien entendu à ce sujet, silence total et mer calme.
- Fais gaffe, il pourrait te pourchasser en faisant en sorte que tu n'en saches rien.
- Peut-être, mais je reste aussi persuadé qu'ils ont autre chose à faire que venir m'embêter, même si je sais que le village tout entier, et probablement encore plus mon père, m'en veulent à mort.
- En tout cas, t'es un Voyageur maintenant et depuis un moment ! Tu es en sécurité ici et puis, s'ils te recherchent vraiment, ils vont avoir du mal à nous trouver car, d'habitude, c'est plutôt nous qui trouvons les aventuriers égarés que l'inverse.
- C'est certain ! C'est pas les campeurs du dimanche qui vont connaître le désert. Moi, ce sable, je le bouffe tous les matins depuis que je suis né !

Le pandorien aux cheveux blancs sourit et rigola en compagnie de ses deux sauveurs. En effet, comparé à lui, le duo de guérisseurs vivaient à Erimos depuis toujours. Quant au Sage Rouge, lui était né sous le feuillage luxuriant et la nature abondante de l'Empire de Shoan. Rien à voir. Cependant, aujourd'hui, le jeune homme redoutait deux choses : la crise de l'empire et l'avenir de Pandore. La traque qu'il subissait actuellement, Zärfell n'en était même pas totalement certain et, à vrai dire, il s'en fichait. Si son paternel voulait régler leur différend, il n'avait qu'à venir jusqu'à lui à Erimos, sauf si quelque chose forçait le jeune homme à quitter la zone caniculaire. Il pensait aussi à sa mère, que faisait-elle en ce moment ? Autant le futur incertain de Pandore le préoccupait, autant Afaenia aussi. Il regarda solennellement ses deux amis.

- En tout cas, quoi qu'il advienne, je me battrai pour Pandore, quitte à y laisser toute ma magie ou ma vie. Je suis sûr que la Divinité est avec nous.
- Moi et Jiroï aussi.
- Oui. Que la Divinité veille sur Pandore.
- Oui, que la Divinité veille sur Pandore et ceux qui marchent pour préserver la paix.
- Gardons confiance, il ne faut pas oublier que, même si on nous jette des pierres à nous, Voyageurs, il faut garder espoir, tout n'est pas perdu bien la tournure des événements. On peut compter sur les autres régions et sur nous-même.

Le trio se sourit, le vent se levant une nouvelle fois. Finalement, ils décidèrent de partir faire un tour à l'Oasis, le campement n'étant pas loin. Se mettant en route, le solitaire jeta un dernier coup d’œil vers le lointain sablonneux, orienté en direction de Shoan. Qu'allait-il advenir de Pandore ? Qu'allait-il lui arriver, lui qui se trouvait dans le flou total, sans certitude des ombres qui le pourchasser peut-être ? Zärfell se persuadait que d'autres pensaient et feraient comme lui quant à la défense de ce monde. Rien n'était écrit et seules les actions qu'il déciderait de mener pourraient impacter sur le futur. Il ne fallait pas rester passif, il fallait être acteur et s'engager pour une cause, afin de changer le monde et de périr le cœur certain de s'être battu jusqu'au bout. Zärfell en était plus que jamais convaincu.
[Départ de Zärfell]

_________________
« N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Debussy

Zärfell's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com/t20-zarfell-eriawyn-l-homme
 
Le vent se lève
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le vent se lève.
» Le vent se lève.
» Max J. Turner ▲ "Le vent se lève, il faut tenter de vivre"
» Kaze Tachinu le prochain film de Hayao Miyazaki
» Maelys W. | le vent se lève il faut tenter de vivre [fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandore History :: Pandore :: Désert d'Érimos :: Campement-
Sauter vers: