AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pandore

Aller en bas 
AuteurMessage
Freyla
Admin
avatar

Messages : 358
X.P : 1138
Date d'inscription : 12/02/2014
Age : 24
Localisation : Forteresse de solitude

Feuille de personnage
P.V:
95/132  (95/132)
Équipement:
Niveau: 77

MessageSujet: Pandore   Sam 17 Nov - 22:16

La terre des histoires

Le monde de Pandore est un environnement fantastique et varié, le lieu de vie des Pandoriens, des habitants aussi diversifiés que les nations qui reposent en ses terres. C'est un monde de magie et d'aventures où les récits de batailles et de guerre épiques dansent avec les légendes et les mythes ; où les héros et les légendes s'épanouissent dans les chants et les poèmes qui comptent les exploits par dizaines. On y vénère la Divinité, la protectrice de la paix et la sauveuse de ce monde qui a déjà par le passé frôlé sa propre destruction.

Si aujourd'hui les différents peuples de Pandore se respectent et s'apprécient, il aura fallut forger cette paix dans le sang et les larmes de ses braves combattants, combattant dans nombres de périodes de conflits. La Grande Guerre, qui avait été la plus meurtrière de ces dernières, était le dernier chapitre de cette fable homérique.
Le Royaume Wadji


Jadis, au début des temps, avant même la construction des cathédrales, des villes et des grandes cités qui dominent Pandore aujourd'hui, régner le peuple des Wadjis. Ce peuple dont il ne reste aujourd'hui que peut d'héritages, régner sans partage sur les terres de Pandore ; fort d'une architecture florissante et de dynasties nobles. Ses rois-guerriers dirigeaient des cohortes armées vêtues d'or contre les hordes barbares qui sévissaient à l'époque et faisait en sorte de transmettre leurs cultures et leurs savoirs aux tribus nomades qu'il annexait et sédentarisait peu à peu. Ces technologies, aussi bien militaires qu'économiques, lui permettait de coloniser pratiquement n'importe quel environnement et de faire pousser céréales et légumes de sorte que la famine était rapidement combattue.

Le peuple Wadji était une force écrasante contre laquelle personne ne pouvait lutter. Mais le pouvoir a un prix, et rapidement, quand il n'y avait plus de guerres à mener et de tribus à soumettre, les Rois Dynastes se tournèrent les uns contre les autres pour mener une guerre de suprématie totale, au terme de laquelle seul le plus puissant survivrait. C'est dans ce contexte de compétition belliqueuse que jaillit vainqueur Miwat, qui élimina chacun de ses concurrents, y comprit son propre père et frère, pour devenir Roi Dynaste Suprême. Sous son règne, la terreur et la corruption remplacèrent la compassion et la compréhension. Pour payer et nourrir les armées du Roi, le peuple était criblé de taxes et d'impôts. La moindre étincelle de révolte était réprimée dans la violence et l'on décapitait sans concession les chefs supposés de ces rébellions. Le Roi Dynaste Suprême était tellement puissant et redouté qu'il en venait a refusé que la mort, seule adversaire qu'il ne puisse vaincre, vienne s'accaparer ce qui lui venait de droit. C'est ainsi qu'il en vint à vouloir maîtriser des forces qu'il ne pouvait contrôle, une puissance qui lui échappait, pour s'affranchir des limites de la vie humaine et étendre son règne jusqu'à la fin des temps. Cette force mystique qu'il n'arriverait jamais à dompter s'appeler la magie.

Le premier (et le seul) sortilège que Miwat employa était un fiasco total. Il réalisa en moins d'une seule journée son cauchemar et réduisit à néant son précieux royaume. Le soleil était devenu aussi noir que le jais et des panaches de fumées venaient s'écrasées sur le sol dans des tourbillons de mort. L'herbe devenait poussière et la roche sable, pendant que la chair des malheureux trop proche de ces colonnes de noirceur se décomposait à vue d’œil. Rapidement, tout l'Ouest de Pandore, où le sort avait été lancé, ne devenait plus qu'un désert aride et sec. Les charognards qui avait échappés à ce malheur se nourrissaient des rares carcasses trop maigres pour subvenir à leurs besoins. Les scorpions et les serpents s'installèrent et se mirent à éliminer les Wadjis assez fous pour essayer de survivre dans cet environnement. Et Miwat ? Le sort l'avait fait vieillir de milliers d'années en quelques secondes, tout en conservant sa chair dans un état de décomposition momifiée. C'est épuisé qu'il s'était endormie dans les ruines de sa capitale devenue nécropole jusqu'à la fin des temps.
Les Guerres Barbares



Si l'Ouest de Pandore était devenu désert, le reste avait été épargné. Et ces dans ces cendres que les anciennes villes soumises à la cruauté de Miwat avaient retrouvées leurs indépendances. Lentement, les ruines des villes survivantes s'organisaient en communautés et reprenaient le cours de leurs vies. Les plus pacifiques se renfermaient derrière de solides murailles pendant que les plus belliqueuses se livraient à des querelles de voisinages ou des escarmouches pour voler du bétail au voisin. Puis vint le temps où chacune comprenait que l'union faisait la force. Que ce soit par intérêt commun, par crainte de la puissance de l'autre, ou par soucis économiques, des Clans Barbares finirent par se répandre sur la terre comme des champignons.

Dans les Terres Centrales, de puissants clans de cavaliers finirent par s'organiser dans un système féodal primaire ; tandis que dans l'immense forêt plus à l'Est, des clans guerriers se livraient une guerre civile sans merci pour l'établissement d'un empire uni. Les habitants de l'extrême Est parvinrent à dompter la force incommensurable qu'était la magie pour établir une société démocratique, et au nord, de petites communautés se divisaient le territoire équitablement dans la paix la plus respectable. Les Guerres Barbares prenaient lentement fin jusqu'à ce que l'avènement du Royaume d'Awarennor, de l'Empire de Shoan, et de la République Gandurienne n'arrive quasiment à la même période. Ce sont ces trois grandes forces en vigueur à l'époque qui forgerons désormais la face de Pandore et son histoire à tout jamais.
La Grande Guerre

Si les Guerres Barbares avaient durées un temps, elles n'étaient rien comparé à la Grande Guerre, la période la plus meurtrière de l'Histoire de Pandore. Quand des explorateurs de Gandur découvrirent le métal précieux qu'était l'Orichalque, les agressions multiples et violentes pour s'accaparer le précieux métal devinrent monnaie courante. Un compromis semblait bien difficile à trouver et il ne restait plus que la solution militaire. Les armées parcouraient le sol comme les oiseaux migrateurs dominaient le ciel. Il n'y avait pas un jour sans qu'éclate une bataille ou ne s'en termine une autre. Les armées multicolores et variées d'Awarennor affrontaient les rangs uniformément rouges de Shoan, en même temps que les cohortes de Gandur.

La première victime de cette guerre sans merci fût la République Gandurienne. Bien que ses armées étaient bien organisées et équipée, elles ne pouvaient lutter contre la force militaire implacable que représentait l'Empire guerrier de Shoan. Ce dernier, qui avait de tous les survivants des Wadjis conservait le plus son héritage militaire, possédait en effet des armes de guerres d'une puissance inouïe. C'est dans ces temps reculé que les redoutables et légendaires Chariots de Guerres réduisirent en cendre nombres de villes et de malheureuses victimes ; tandis que sur les mers, les insubmersibles Navires Tortues dominaient même la meilleure nef magique. De plus, la République Gandurienne ne pouvait survivre à sa propre organisation obsolète, fragilisée par la corruption et les soulèvements d'esclaves. C'est le plus violent de ces derniers, soutenus dans l'ombre par Shoan, qui mit fin une bonne fois pour toute à la République de Gandur.

Maintenant que l'ennemi de l'Est était éliminé, l'Empire de Shoan pouvait se concentrer sur l'Ouest et Awarennor, qui avait profité de la diversion occasionnée par Gandur pour envahir les territoires Nord. Les malheureux villages de cette région possédaient en effet des terres fertiles et propices à l'élevage, ce qui en faisait un endroit stratégique pour l'effort de guerre. Même si l'invasion d'Awarennor avait été brutale, elle s'était tout de même réalisée sans trop de victimes. C'est le retour de Shoan qui provoqua des conflits destructeurs et la disparition de nombres de villages au profit des camps militaires de fortunes des deux camps. Les seules villes survivantes étaient contraintes à l'esclavage et la conscription, et une dîme colossale affamait les civils au profit des soldats. Cette situation durera des années avant l'évènement final de cette guerre.

L'ultime bataille au pied de la Montagne de Feu, le volcan qui dominait les terres de Pandore en son cœur, entre Awarennor et Shoan. Jamais dans l'histoire de Pandore on n'avait vu pareil rassemblement. Des forêts d'étendards se mouvaient comme un seul être vivant. Le sol tremblait sous les pas des bottes des soldats pendant que l'air était secouée des instruments et cris de guerre. Les charges redoutables des chevaliers d'Awarennor percutaient avec force les rangs de Shoan pendant que les effrayants samouraïs faisaient preuves de leur maîtrise du combat légendaire. Les sorts magiques, obtenus grâce au recrutement de mages mercenaires dans les ruines de Gandur, transformaient la météo et le ciel en un spectacle de fin du monde. Nul ne sait si ce n'est ces conditions qui déclenchèrent l'éruption de la Montagne de Feu, mais le fait est que dans un son assourdissant, l'imposant volcan se mit à cracher ses gerbes de magma et de cendres dans le ciel, comme si Pandore protestait contre ce massacre.

C'est de ces flammes que jaillit la sauveuse de Pandore. De la lave sortait une jeune fille aux yeux d'or, à la chevelure d'herbe et la peau de porcelaine. On précipita des soldats pour enquêter sur cet évènement mystérieux. Seuls six d'entre eux redescendirent avec cette miraculée devant laquelle les combattants s'agenouillèrent immédiatement. Avec l'arrivée de celle que le peuple appellera plus tard la Fille du Volcan, vint également la paix tant désirée et qui avait été absente de si longues années.
Le Temps de la Reconstruction



Il fallut peu de temps pour les classes ecclésiastiques de l'époque pour conclure deux choses. La première, c'était que les six hommes qui étaient revenus avec la Fille du Volcan étaient des élus de cette dernière. En effet, quand ils s'absentaient, elle ne cessait de pleurer et il fallait la présence réunie des six guerriers pour calmer ses larmes. La seconde était que cette miraculée était une envoyée des Dieux, une force supérieure à laquelle Pandore tout entier devait le respect. La Montagne de Feu avait d'ailleurs cessé immédiatement sa colère quand elle en était sortie. Partout on prêcha l'arrivée de la Fille du Volcan et des temples commencèrent même rapidement à pousser en son honneur. L'un d'eux, qui devint sa résidence, trouvait sa place au pied de la Montagne de Feu.

Pendant les années qui suivirent, la Fille du Volcan et ses Six Gardiens travaillèrent dur pour permettre à Pandore de se redresser de la Grande Guerre et des dégâts qu'elle avait perpétrée. De par son souhait, la paix globale fut signée par les nations existantes et une relation commerciale entretenue. Grâce à elle, les villages et villes au Nord de Pandore furent reconstruits et libérés du joug de ses anciens conquérants. Gandur vit se poser la première pierre de sa future Bibliothèque et Shoan se lançait dans des expéditions hasardeuses à travers les mers. Awarennor découvrait le mythe de la Dame du Lac et nombre de chevaliers quittaient tout pour partir à sa recherche.

Jusqu'au jour terrible où la Fille du Volcan et ses Six Gardiens disparurent. Nul n'en connait la cause. Environs cinq ans après son arrivée, alors que Pandore resplendissait de joie, le temple de la Montagne de Feu fut retrouvé vide. On en attribua rapidement la cause à l'étrange fillette qui ressemblait trait pour trait à celle de la Montagne de Feu. Cette dernière, dont les seules différences étaient la couleur de ses cheveux et de ses yeux, avait élue domicile auprès de sa fausse jumelle, mais elle avait également disparue. Plongeait dans la crainte de voir à nouveau la guerre détruire Pandore, les hommes en vinrent à considérer leur sauveuse comme une Divinité, et sa religion et ses enseignements devinrent le mot d'ordre sur Pandore. Le mythe de la Divinité était né.
L'ère des Légendes


Pendant le court -à l'échelle de l'histoire de Pandore- laps de temps qui suivrait cet évènement tragique, les hommes se cherchèrent un but, un idéal à atteindre pour satisfaire aux mieux des enseignements et des sages paroles de la Divinité. Plusieurs se réunirent en différents groupes pour suivre la voie des Gardiens Légendaires de la Divinité afin de devenir comme eux. Les aventuriers devinrent ainsi monnaie courante sur la face du monde, et nombres d'entre eux créèrent des récits dont on parle encore aujourd'hui. Sur les mer, certains d'entre eux se réunirent en équipage et la piraterie devint un nouveau fléau que Shoan, seul propriétaire d'un port depuis la Grande Guerre, essayait d'éradiquer à tout prix.

_________________



Thanks Zärfell =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandorehistory.forumactif.com
 
Pandore
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand Pandore fait sa râleuse...
» [Hawai]A la recherche de la boite de Pandore
» Boite de Pandore # Liste des avatars
» Exploits de Pandore
» Thèmes de l’Emission de la semaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandore History :: Zone d'arrivée :: Le Monde de Pandore History :: Encyclopédie de Pandore-
Sauter vers: